PHOTOSQUIPARLENT :: FORUM EN SOUCHTINE EN PHOTOS

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 




CREATION
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PHOTOSQUIPARLENT Index du Forum -> DIVERS SUJETS SUR LA TERRE -> SCIENCE A.D.N.TERRE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Montrer les messages depuis:   
Auteur Message
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:18 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Hasard ou conception ?
L’œil composé
▪ “ Une superposition de structures parfaitement agencées. ” C’est en ces termes que Luke Lee, professeur à l’Université de Californie (États-Unis) décrit l’œil composé que possèdent de nombreux insectes.
Considérez ceci : L’œil composé, ou œil à facettes, d’insectes comme l’abeille et la libellule contient une multitude d’unités optiques, chacune orientée dans une direction différente. Les images produites par chaque lentille se combinent pour former une grande vue en mosaïque, remarquablement adaptée à la détection du mouvement.
Des chercheurs étudient des moyens de reproduire l’œil composé afin de fabriquer des détecteurs d’objets en mouvement rapide et des caméras multidirectionnelles ultrafines. L’une de leurs diverses applications serait médicale et permettrait, par exemple, d’explorer l’intérieur de l’estomac. Le dispositif envisagé est un “ appareil minuscule ” pouvant être avalé par le patient. Une fois dans l’estomac, il recueillerait des informations au moyen de son œil composé, puis les communiquerait grâce à une transmission sans fil.
Une équipe de bio-ingénieurs a déjà élaboré un œil composé artificiel réunissant plus de 8 500 lentilles qui tiennent dans le volume d’une tête d’épingle. Mais ce produit de la technologie n’est rien à côté de l’œil composé que l’on observe chez les insectes. Celui de la libellule, pour ne citer qu’elle, compte 30 000 unités optiques !
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:42 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 04/10/14, 06:18 am    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:21 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Reproduire les merveilles de la nature
Les petits trébuchent et se cognent la tête ; les plus grands tombent des arbres ou de bicyclette ; les sportifs se télescopent sur les terrains de jeu ; les automobilistes ont quantité d’accidents. Et pourtant, tous s’en tirent généralement sans trop de dommages. Si la résistance et l’élasticité de notre corps nous semblent naturelles, les biologistes commencent à s’apercevoir que tout en nous, des os à la peau, est prodigieux.
LA COMBINAISON force/résistance/légèreté est omniprésente dans la nature. Des pousses tendres s’insinuent dans les fentes du béton ou du rocher et les font éclater pour devenir des arbres robustes. Ces arbres résistent à des vents qui renversent les poteaux électriques et éventrent les maisons. En forant le bois, le pic soumet sa tête à des forces qui réduiraient en bouillie un cerveau ordinaire. La peau du crocodile et celle de l’alligator font ricocher lances, flèches et balles . Tout cela déroute l’homme depuis des millénaires et lui inspire un respect mêlé de crainte.
Ces 40 dernières années, le progrès technique a fourni aux scientifiques de nouveaux outils pour sonder les mystères du vivant, cachés pour la plupart dans les profondeurs microscopiques de la cellule. L’organisation de la cellule vivante est absolument incroyable et stupéfiante de complexité. Cependant, les savants ne souhaitent pas seulement percer les secrets de la nature ; ils veulent aussi les reproduire, au moins dans leur principe. Ce dernier champ d’étude est si prometteur que l’on a créé une nouvelle science : la chimie biomimétique, du grec bios, “ vie ”, et mimesis, “ imitation
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:42 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:21 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

La perspective d’un monde meilleur ?
“ La chimie biomimétique est l’étude des structures biologiques [et] de leurs fonctions ”, explique La chimie biomimétique : organisation et applications des matériaux du vivant (angl.). Son but, ajoute l’ouvrage, est de ‘ favoriser la naissance d’idées et de transformer ces idées en systèmes artificiels modelés sur les mécanismes biologiques ’.
Selon le scientifique Stephen Wainwright, “ la chimie biomimétique va absorber la chimie biomoléculaire, la remplacer et devenir la science biologique la plus passionnante et la plus importante du XXIe siècle ”. Et pour le professeur Mehmet Sarikaya, “ nous sommes à la veille d’une révolution des matériaux comparable aux débuts de l’âge du fer ou de la révolution industrielle. Nous entrons de plain-pied dans une nouvelle ère des matériaux. Je pense qu’au siècle prochain la chimie biomimétique transformera largement notre mode de vie ”.
Cette transformation a déjà débuté, comme nous le verrons. Mais arrêtons-nous auparavant sur quelques-unes des merveilles encore inexpliquées qui occupent les scientifiques. Nous réfléchirons également à ce que signifie toute cette organisation et verrons le sens qu’elle donne au monde étonnant qui nous entoure.
___________________________
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:43 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:23 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

DEPUIS quelques années, scientifiques et ingénieurs se laissent instruire de manière très littérale par les plantes et les animaux. Ils étudient les êtres vivants et copient leurs caractéristiques (c’est ce qu’on appelle la bionique) afin d’élaborer de nouveaux produits ou d’améliorer les performances de machines existantes. Tandis que vous considérerez les exemples qui suivent, demandez-vous : ‘ À qui revient vraiment le mérite de ces réalisations techniques ? ’
L’étude des nageoires d’une baleine
Que peuvent apprendre les ingénieurs aéronautiques de la baleine à bosse ? Beaucoup, apparemment. Une baleine à bosse adulte pèse 30 tonnes (autant qu’un camion chargé) et possède un corps relativement rigide, pourvu de grandes nageoires en forme d’ailes. Ce mammifère de plus de dix mètres de long est remarquablement agile sous l’eau. Pour se nourrir, il peut nager en spirale ascendante sous les crustacés ou les poissons convoités, en soufflant constamment des bulles. Le filet de bulles ainsi formé, d’un diamètre aussi minime que 1,50 mètre, rassemble à la surface les proies que la baleine happe prestement en une bouchée.
Intrigués, les chercheurs ne comprenaient pas comment cet animal peu souple arrivait à décrire des virages aussi incroyablement serrés. Ils ont découvert que son secret réside dans la forme de ses nageoires, dont le bord d’attaque n’est pas lisse comme celui des ailes d’avion, mais dentelé, présentant une rangée d’excroissances appelées tubercules.
Quand la baleine fend l’eau, les tubercules augmentent la portance et réduisent la résistance. Comment ? La revue Natural History explique qu’ils créent une accélération de l’eau sur la nageoire en un courant circulaire régulier, même lorsque la baleine s’élève presque à la verticale. Si le bord de la nageoire était lisse, la baleine serait incapable de dessiner des cercles aussi étroits, car l’eau tourbillonnerait derrière elle et ne permettrait plus la portance.
Quelles applications pratiques cette découverte laisse-t-elle entrevoir ? Des ailes d’avion inspirées de ces nageoires auraient probablement besoin de moins d’ailerons et autres mécanismes servant à modifier le flux d’air. Elles seraient plus sûres et plus faciles à entretenir. De l’avis de John Long, spécialiste en biomécanique, “ il se pourrait que [bientôt] le moindre avion de ligne soit équipé des protubérances de la baleine à bosse
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:43 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:25 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

L’imitation des ailes de la mouette
Bien sûr, les ailes d’avion imitent déjà la forme des ailes d’oiseau. Toutefois, des ingénieurs ont récemment poussé l’imitation encore plus loin. “ Des chercheurs de l’Université de Floride, rapporte New Scientist, ont construit un prototype d’avion téléguidé qui peut, comme la mouette, faire du surplace, piquer et monter en flèche. ”
Les mouettes exécutent leurs remarquables acrobaties aériennes en fléchissant les ailes au niveau du coude et de l’épaule. Sur le modèle de cette aile articulée, “ le prototype d’avion téléguidé, de 60 centimètres de long, possède un petit moteur qui commande une série de tiges métalliques actionnant les ailes ”, détaille la revue. Grâce au mécanisme astucieux de ses ailes, le petit avion peut faire du surplace et piquer entre des grands bâtiments. L’armée de l’air américaine a hâte d’exploiter cet engin très maniable pour rechercher des armes chimiques ou biologiques dans les grandes villes.
La copie des pattes du gecko
Les animaux terrestres ont eux aussi beaucoup à nous apprendre. Par exemple, le gecko (un petit lézard) a la capacité d’escalader les murs et de rester accroché aux plafonds, la tête en bas. Déjà dans les temps bibliques, cet animal était connu pour cette faculté prodigieuse . Quel est son secret ?
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:43 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:26 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Le gecko adhère à des surfaces aussi lisses que le verre grâce aux minuscules poils, ou soies, qu’il a sous les pattes. Ses pattes ne sécrètent pas de colle ; elles exploitent plutôt une force moléculaire infime. Les molécules des deux surfaces se lient les unes aux autres par des forces d’attraction très faibles appelées forces de van der Waals. Normalement, la pesanteur l’emporte facilement sur ces forces, ce qui explique qu’on ne puisse pas escalader un mur simplement en plaquant les mains dessus. Toutefois, les soies du gecko augmentent la surface en contact avec le mur. Les forces de van der Waals, multipliées par les milliers de soies, produisent une attraction suffisante pour retenir le poids du petit lézard.
Quelle peut être l’utilité de cette découverte ? Des matériaux synthétiques qui imitent les pattes du gecko pourraient être utilisés à la place du velcro (autre concept emprunté à la nature). Une revue, l’Economist, rapporte les propos d’un chercheur, qui a déclaré qu’un matériau fait d’“ adhésif gecko ” serait particulièrement utile “ en médecine, là où l’emploi d’adhésifs chimiques n’est pas possible ”.

À qui le mérite ?
Pendant ce temps, la NASA (l’organisme américain de recherches aéronautiques et spatiales civiles) est en train de mettre au point un robot multipattes qui marche comme un scorpion, et des ingénieurs finlandais ont déjà conçu un tracteur à six pattes qui, tel un insecte géant, peut enjamber des obstacles. D’autres chercheurs ont inventé un tissu comportant de minuscules écailles qui s’ouvrent et se ferment comme celles d’une pomme de pin. Un constructeur automobile travaille sur un véhicule qui imite la forme extraordinairement aérodynamique du poisson-coffre. Et d’autres chercheurs sont en train de tester les propriétés antichocs de la coquille de l’ormeau, dans le but d’augmenter la légèreté et la résistance des gilets pare-balles.
La nature inspire tant de bonnes idées que les scientifiques se sont constitué une base de données répertoriant déjà des milliers de systèmes biologiques. Ils peuvent la consulter pour trouver des “ solutions naturelles à leurs problèmes techniques ”, déclare l’Economist. Les systèmes naturels qui s’y trouvent sont appelés “ brevets biologiques ”. Habituellement, le titulaire d’un brevet d’invention est la personne ou la société qui dépose une nouvelle idée ou une nouvelle machine. À propos de cette base de données, l’Economist déclare : “ En appelant ces astuces de la bionique ‘ brevets biologiques ’, les chercheurs ne font que souligner l’identité réelle du titulaire de ces brevets : la nature. ”
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:44 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:30 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Où la nature a-t-elle trouvé toutes ces idées géniales ? Pour de nombreux chercheurs, elle les doit aux millions d’années de tâtonnements de l’évolution. D’autres, en revanche, arrivent à une conclusion différente. Michael Behe, microbiologiste, a écrit dans le New York Times en 2005 : “ L’empreinte très visible d’une conception [dans la nature] permet ce raisonnement d’une simplicité désarmante : Ça ressemble à un canard, ça marche comme un canard et ça cancane comme un canard ? Alors, sauf preuve irréfutable du contraire, nous avons tout lieu de conclure que c’est un canard. ” Sa conclusion ? “ Cette conception est tellement évidente qu’on ne devrait pas en faire abstraction. ”
Assurément, lorsqu’un ingénieur conçoit une aile d’avion plus sûre et plus efficace, tout le mérite devrait lui en revenir. De même, celui qui imagine un pansement aux emplois multiples, un tissu plus agréable à porter, ou un moteur plus performant, a droit à des honneurs pour son invention. À vrai dire, un fabricant qui copie un modèle déposé sans en indiquer l’inventeur peut être coupable d’un délit.
Par conséquent, trouvez-vous logique que des chercheurs hautement qualifiés, qui imitent grossièrement des systèmes de la nature pour régler des problèmes techniques complexes, attribuent le génie de l’idée originale à l’évolution inintelligente ? Si la copie a demandé un concepteur intelligent, que dire de l’original ? Honnêtement, à qui revient le plus grand mérite : à l’artiste, ou à l’élève qui imite sa technique ?

DES VOYAGEURS SAGES D’INSTINCT
De nombreux animaux se montrent “ sages d’instinct ” dans la façon dont ils s’orientent lors de leurs déplacements . Voyez ces deux exemples.
▪ Contrôle du trafic des fourmis Comment les fourmis qui sont parties chercher de la nourriture retrouvent-elles le chemin de la fourmilière ? Des chercheurs du Royaume-Uni ont découvert que, en plus de laisser des marques odorantes sur leur passage, certaines font appel à la géométrie pour tracer des pistes grâce auxquelles elles retrouveront facilement la fourmilière. Par exemple, les fourmis de Pharaon “ tracent des chemins qui rayonnent depuis la fourmilière et qui se divisent en deux, formant des angles de 50 à 60° ”, déclare New Scientist. En quoi est-ce remarquable ? Quand une fourmi parvient à une fourche, elle prend instinctivement le chemin qui dévie le moins, qui la conduit inévitablement à la fourmilière. “ La configuration des chemins qui se dédoublent, explique l’article, permet une circulation optimale des fourmis sur le réseau de pistes, surtout quand elle est à double sens, et leur évite de dépenser inutilement de l’énergie en se trompant de direction. ”
▪ Oiseaux à boussole Nombre d’oiseaux s’orientent avec une extrême précision sur de longues distances et par tous les temps. Comment ? Des chercheurs ont découvert que les oiseaux perçoivent le champ magnétique terrestre. Cependant, “ les lignes de force du champ magnétique [terrestre] varient d’un lieu à l’autre et n’indiquent pas toujours le nord géographique ”, signale la revue Science. Qu’est-ce qui permet aux oiseaux migrateurs de ne pas dévier de leur route ? Il semble qu’ils règlent chaque soir leur boussole interne sur le soleil couchant. Étant donné que la position de celui-ci varie selon les latitudes et les saisons, les chercheurs pensent que les oiseaux sont capables de compenser ces variations grâce à “ une horloge biologique qui leur indique à quelle époque de l’année ils se trouvent ”, déclare Science.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:44 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:35 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

La science tire leçon de la nature”
SOUS ce titre, un article du New York Times du 31 août 1993 faisait remarquer que de plus en plus de concepteurs de nouveaux matériaux font appel à la “biomimétique”, spécialité que le journal définit comme “l’étude de la structure et de la fonction de matériaux biologiques destinés à servir de modèles aux matériaux artificiels”.
L’article précise que d’humbles animaux marins et araignées fabriquent des matériaux supérieurs à leurs équivalents synthétiques. L’ormeau, par exemple, extrait le carbonate de calcium (l’élément poudreux de la craie) de l’eau afin de fabriquer des plaques extrêmement fines, qu’il soude ensuite en grande quantité à l’aide d’un mortier composé de protéines et de sucres. Le professeur Mehmet Sarikaya signale que la coquille de ce mollusque est 30 fois plus solide que le carbonate de calcium fabriqué en laboratoire. “Nous ne disposons pas de la technique qui nous permettrait de concevoir des couches de matériau aussi minces que celles de la coquille de l’ormeau”, admet-il.
De même, la soie de la toile d’araignée est plus solide que l’acier et plus résistante que le nylon. Des chercheurs l’étudient dans l’espoir de synthétiser des fibres plus solides que le Kevlar, le matériau qui sert à la fabrication de gilets pare-balles. Toutefois, on ne sait toujours pas reproduire le procédé complexe de fabrication utilisé par l’araignée.
“Les araignées produisent la soie en utilisant l’eau comme solvant à l’air libre, à des températures et à la pression ambiantes. Ce matériau devient ainsi une toile d’une grande solidité, stable et imperméable, observe le professeur Christopher Viney, de l’université de l’État de Washington à Seattle. Or, la production de fibres solides, le Kevlar par exemple, doit se faire sous haute pression en utilisant de l’acide sulfurique concentré.” Ce chercheur admet donc: “Nous avons beaucoup à apprendre.”
Réfléchissons: si la technologie humaine la plus avancée est incapable de reproduire les réalisations de modestes animaux marins et araignées, n’est-il pas logique d’en conclure que ces êtres vivants sont le produit d’une intelligence supérieure? La sagesse commande que nous louions le grand Concepteur, dont les scientifiques tentent aujourd’hui de copier les œuvres, pour l’ingéniosité incomparable qu’il a manifestée en remplissant la terre de ses productions
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:44 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:37 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Pourquoi la coopération est indispensable
“ Aucun organisme ne se suffit à lui-même ; tous sont en relation avec d’autres organismes, directement ou indirectement. ” — “ La symbiose : introduction aux associations biologiques ” (angl.).
LA “ TOILE de la vie ”. Cette expression décrit avec justesse le monde vivant, car il est constitué d’un ensemble d’organismes interconnectés et interdépendants. Les humains font partie intégrante de cette “ toile ”. Pour vous en convaincre, il vous suffit de considérer un instant votre corps. Dans votre tube digestif, une armée de bactéries alliées travaillent sans bruit pour vous maintenir en bonne santé : elles détruisent les envahisseurs nuisibles et contribuent à la digestion et à la synthèse des vitamines, indispensables à votre organisme. En retour, vous leur fournissez de la nourriture et un milieu favorable.
Des alliances similaires existent dans le règne animal, notamment chez les ruminants, comme les bovins, les cerfs ou les moutons. Leur panse, premier compartiment de leur estomac complexe, abrite un véritable écosystème de bactéries, champignons et protozoaires. Par la fermentation, ces micro-organismes décomposent la cellulose (un hydrate de carbone de nature fibreuse présent dans les végétaux) en divers nutriments. Des bactéries interviennent même dans la digestion de certains insectes consommateurs de cellulose, comme les blattes, les lépismes (poissons d’argent), les termites, les guêpes et certains coléoptères.
Cette coopération étroite entre organismes dissemblables a pour nom symbiose, qui signifie littéralement “ vivre ensemble ”. “ De telles alliances sont essentielles au développement de tous les êtres vivants ”, écrit Tom Wakeford dans son livre Les liaisons de la vie. Penchons-nous quelques instants sur le sol, berceau d’un grand nombre d’êtres vivants.
___________________________
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:45 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:40 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Le sol grouille de vie !
En effet, un sol fertile est bien plus que de la poussière sans vie. C’est un milieu complexe, adapté à la croissance, et peuplé d’organismes. Un seul kilo de terre peut contenir bien plus de 500 milliards de bactéries, un milliard de champignons et jusqu’à 500 millions de créatures multicellulaires, depuis les insectes jusqu’aux vers. Parmi ces organismes, beaucoup coopèrent pour décomposer des matières organiques (feuilles mortes, excréments d’animaux, etc.) et en extraire l’azote, qu’ils convertissent sous une forme assimilable par les végétaux. Ils transforment aussi le carbone en dioxyde de carbone et en d’autres composés dont ont besoin les végétaux pour la photosynthèse.
Les légumineuses, comme la luzerne, le trèfle, les pois ou le soja, ont une affinité particulière envers des bactéries à qui elles permettent d’“ infester ” leur système racinaire. Mais au lieu de nuire à la plante, les bactéries stimulent la formation de petits nodules sur les racines, dans lesquels elles élisent domicile, et atteignent jusqu’à 40 fois leur taille initiale, devenant ainsi des bactéroïdes. Leur travail consiste à “ fixer ” l’azote, autrement dit à le rendre assimilable par la plante. En retour, celle-ci fournit de la nourriture aux bactéries.
Les champignons, ou moisissures, jouent également un rôle important dans la croissance des végétaux. En fait, pratiquement tous les arbres et arbustes, ainsi que presque toutes les herbes, entretiennent une secrète liaison souterraine avec des champignons. Ces organismes “ infestent ” eux aussi les racines, où ils aident la plante à absorber l’eau et des minéraux essentiels comme le fer, le phosphore, le potassium et le zinc. En échange, la plante fournit des hydrates de carbone aux champignons qui, étant dépourvus de chlorophylle, ne peuvent pas produire leur propre nourriture.
L’orchidée est une plante particulièrement dépendante des champignons. Dans la nature, leur association fonctionne dès le stade de la graine, minuscule, qui a besoin d’aide pour germer. Les champignons aident aussi l’orchidée adulte en compensant la petitesse de son appareil racinaire. Le champignon “ forme un immense réseau dynamique de collecte de nourriture qui pourvoit entièrement aux besoins nutritionnels de l’orchidée, explique Tom Wakeford. L’orchidée lui procure en contrepartie de petites quantités de vitamines et de composés azotés. Sa générosité a cependant des limites clairement établies. L’orchidée se sert de fongicides naturels contre son invité chaque fois qu’il essaie de quitter les racines, sa demeure normale, dans l’intention de coloniser la tige ”.
Les plantes à fleurs n’ont pas que le sol pour partenaire. Elles nouent d’autres alliances encore, plus apparentes.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:45 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:41 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Pollinisation en équipe
Quand une abeille se pose sur une fleur, une relation symbiotique se crée. L’abeille récolte du nectar et du pollen, tandis que la fleur reçoit un peu du pollen d’autres fleurs de son espèce. Cette alliance permet aux plantes à fleurs de se reproduire. Une fois pollinisées, les fleurs cessent de produire de la nourriture. Comment les insectes savent-ils que le “ garde-manger ” est à présent vide ? Les fleurs le leur “ disent ” de plusieurs façons. Elles perdent leur parfum ou leurs pétales, changent d’orientation ou de couleur (elles deviennent parfois plus ternes). Ces modifications qui nous déçoivent tant témoignent en fait d’une grande “ courtoisie ” envers les infatigables abeilles, qui peuvent concentrer leurs efforts sur les plantes dont le garde-manger est encore plein.
Dans certaines régions, le nombre des pollinisateurs, et surtout celui des abeilles, a considérablement baissé au cours de ces dernières années. Ce phénomène est très préoccupant, car la survie de presque 70 % des plantes à fleurs dépend d’eux. Qui plus est, 30 % de nos aliments viennent de végétaux pollinisés par les abeilles.
Des fourmis jardinières et fermières
Certaines fourmis aussi vivent en symbiose avec des plantes. En contrepartie du gîte et du couvert, elles pollinisent leur hôte, dispersent ses graines, lui procurent des substances nutritives ou le protègent contre toutes sortes d’animaux herbivores. Les fourmis d’une certaine espèce, qui élisent domicile dans les épines creuses de l’acacia, patrouillent même autour de l’arbre et détruisent les plantes grimpantes qui pourraient le menacer. L’acacia les remercie pour ce désherbage de qualité en leur offrant des portions de nectar sucré.
D’autres espèces de fourmis préfèrent l’élevage au jardinage. Leur “ bétail ” est constitué de pucerons qui sécrètent un miellat sucré quand elles les caressent avec leurs antennes. Le livre Symbiose (angl.) déclare au sujet de ces pucerons : “ Les fourmis prennent soin de ces insectes comme s’il s’agissait de bovins. Elles les traient et les protègent des prédateurs. ” À la manière d’un fermier qui rentre ses vaches dans l’étable pour la nuit, les fourmis mettent souvent les pucerons à l’abri dans la fourmilière le soir et les ramènent au “ pâturage ” le matin, généralement sur des feuilles tendres, plus nourrissantes. Et ce ne sont pas que quelques pucerons ! Dans un seul nid, les fourmis élèvent parfois des “ troupeaux ” de plusieurs milliers d’individus !
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:45 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:42 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Les fourmis soignent aussi certains papillons quand ils sont à l’état de chenilles. L’argus bleu, par exemple, entretient une relation symbiotique avec les fourmis rouges. Il ne pourrait pas atteindre le stade adulte sans leur aide. Tant qu’il est chenille, il récompense ses hôtes par des excrétions sucrées. Une fois sorti de sa chrysalide, il quitte la fourmilière sans qu’il lui soit fait de mal.
Ententes à risque
Si vous étiez un oiseau, apporteriez-vous un serpent vivant dans votre nid ? “ Jamais de la vie ! ” direz-vous. Pourtant, c’est exactement ce que fait un rapace du nom de petit duc maculé. Le serpent qu’il adopte [Leptotyphlops dulcis] appartient à la famille des serpents aveugles. Loin de s’en prendre à la nichée, le serpent mange les fourmis, les mouches et d’autres insectes, ainsi que leurs larves. D’après un article du New Scientist, les oisillons élevés avec un serpent au foyer “ grandissent plus vite et ont plus de chances de survivre ” que ceux élevés en l’absence de cet “ éboueur ” rampant.
Un autre oiseau, l’œdicnème vermiculé, s’associe à un animal encore plus redoutable ; il bâtit son nid près de celui du crocodile du Nil, un reptile pourtant friand de gibier à plumes ! Toutefois, notre volatile ne finit pas dans l’estomac du reptile ; il lui sert de sentinelle. Dès qu’un danger approche de son nid ou de celui du crocodile, l’œdicnème pousse des cris d’alerte qui ramèneront en toute hâte le crocodile vers sa couvée.
Nettoyages en tout genre
Avez-vous déjà vu des oiseaux comme le héron garde-bœuf ou le pique-bœuf perchés sur le dos d’une antilope, d’une vache, d’une girafe ou d’un buffle, et occupés à picorer leur pelage ? Loin d’importuner leurs hôtes, ces oiseaux leur rendent un grand service en mangeant les puces, les tiques et autres parasites dont les animaux ne peuvent se débarrasser eux-mêmes. Ils mangent également les tissus infectés et les asticots. De plus, en cas de danger, les pique-bœufs donnent l’alarme en sifflant.
Étant amphibie, l’hippopotame se fait toiletter à la fois par des “ amis ” à plumes et par des “ amis ” à nageoires. Dans l’eau, c’est un poisson de la famille des carpes, appelé labéo, qui ôte presque tout ce qui dépasse de son cuir : algues, peaux mortes et parasites. Il astique même ses dents et ses gencives. D’autres espèces de poissons lui prêtent main-forte. Certains nettoient les plaies ; d’autres glissent leur museau allongé entre les orteils ou atteignent d’autres endroits difficiles d’accès, et récurent la peau.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:46 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:43 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Les poissons ont eux aussi besoin d’être débarrassés des parasites indésirables qu’ils attirent (crustacés, bactéries externes, champignons et puces), ainsi que de leurs tissus abîmés ou malades. À cette fin, les poissons marins ont l’habitude de se rendre à leur “ station de lavage ”. Là, des gobies aux couleurs éclatantes, des girelles et des crevettes nettoyeuses s’occupent diligemment de leurs clients et bénéficient en échange d’un bon repas. Certains gros poissons mobilisent toute une équipe d’agents nettoyeurs à leur service !
Les clients signalent de diverses manières leur désir d’être astiqués. Certains adoptent une posture inhabituelle : ils flottent à la verticale, la tête en bas. D’autres ouvrent grand leurs ouïes et leur bouche, comme pour dire : “ Entrez, je ne vous mordrai pas. ” Les nettoyeurs acceptent de bon cœur, même si le client est un redoutable prédateur, comme une murène ou un requin. Pendant leur toilette, des clients changent de couleur, peut-être pour que leurs parasites soient plus visibles. Dans un aquarium dépourvu de poissons nettoyeurs, les autres poissons “ sont rapidement infestés de parasites et tombent malades, explique le livre Associations animales (angl.). Mais dès qu’un poisson nettoyeur est introduit, il se met au travail. Tous les autres poissons font la queue pour bénéficier de ses services, comme s’ils comprenaient ce qui se passe ”.
Plus nous en apprenons sur le monde vivant, plus nous nous émerveillons devant l’harmonie et l’interdépendance qui y règnent. Tel un musicien dans un orchestre, chaque organisme joue son rôle afin que la symphonie de la vie — la vie animale comme la vie humaine — soit possible et agréable. Voilà qui témoigne à n’en pas douter de l’existence d’un projet intelligent et d’un Concepteur Suprême !
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:46 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:45 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

L’élément perturbateur
Malheureusement, les humains font souvent preuve d’un manque de coopération avec la nature. Contrairement aux animaux, principalement mus par l’instinct, l’homme agit sous l’influence de facteurs très divers : l’amour ou d’autres qualités encore, ou bien la haine, l’avidité et l’égoïsme.
Étant donné que nos contemporains semblent de plus en plus motivés par ce dernier travers, beaucoup s’inquiètent pour l’avenir de la planète 

. Mais ils oublient de tenir compte du Créateur. L’accomplissement du dessein de Dieu à l’égard de la Terre rétablira l’équilibre dans la nature et instaurera une harmonie sans précédent parmi toutes ses créatures, y compris parmi les humains.
On distingue trois catégories de symbiose : le mutualisme, quand les deux organismes retirent des bénéfices ; le commensalisme, quand l’un profite sans nuire à l’autre ; et le parasitisme, quand l’un vit aux dépens de l’autre. L’article expose des exemples de mutualisme.

Un organisme mixte
  Ces croûtes grises ou vertes que vous voyez souvent sur la roche ou sur les troncs d’arbre sont sans doute des lichens. D’après certaines sources, il en existerait jusqu’à 20 000 espèces ! Bien qu’ayant l’apparence d’organismes uniques, ils sont en réalité l’alliance d’un champignon et d’une algue.
  Pourquoi l’algue et le champignon s’unissent-ils ? Le champignon ne peut pas produire sa propre nourriture. Aussi, grâce à ses filaments microscopiques, il emprisonne l’algue et absorbe les sucres qu’elle fabrique par photosynthèse et qui exsudent de sa membrane. L’algue, en retour, reçoit de son hôte humidité et protection contre les excès de soleil.
  Un scientifique a qualifié avec humour les lichens de “ champignons ayant découvert l’agriculture ”. Et ils excellent dans ce domaine ! En effet, le livre Les liaisons de la vie explique que les lichens “ couvrent dix fois plus de surface terrestre que les forêts tropicales ”. On les trouve de l’Arctique à l’Antarctique, et même sur le dos de certains insectes !
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:45 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Le corail, une merveille de symbiose
Le corail est une forme de vie mixte unissant le polype et l’algue. Les algues se nichent dans le moindre espace libre à l’intérieur des cellules du polype. Ce sont elles qui donnent au corail sa couleur éclatante. Le poids des algues dépassant souvent celui du polype (il est parfois trois fois plus élevé), le corail est plus un végétal qu’un animal ! La principale fonction des algues est de photosynthétiser des composés organiques ; elles en donneront 98 % à leur hôte en guise de “ loyer ”. Le polype a besoin de ces substances nutritives non seulement pour survivre, mais aussi pour construire son squelette calcaire.
Quant aux algues, elles profitent de cette alliance de deux façons au moins. Premièrement, elles se nourrissent des déchets du polype : dioxyde de carbone, substances azotées et phosphates. Deuxièmement, elles sont protégées par le squelette. Les algues ayant besoin de la lumière, les récifs de corail ne prospèrent que dans les eaux claires et bien ensoleillées.
Sous l’effet d’un facteur de stress, comme une hausse de la température de l’eau, les polypes expulsent leurs algues. De ce fait, le corail blanchit et peut finir par mourir de faim. Ces dernières années, les scientifiques ont constaté une augmentation alarmante du blanchissement des coraux dans le monde.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:46 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 298
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 04/10/14, 06:46 am    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Une leçon de coopération
Deux avions à réaction traversent le ciel en formation serrée, à la façon des oiseaux. Il ne s’agit pas d’un vol de routine, mais d’une expérience basée sur des découvertes récentes. En étudiant le vol en formation des pélicans, des chercheurs ont en effet constaté que, grâce aux oiseaux de tête, la portance des oiseaux suiveurs s’améliore, de sorte que leur fréquence cardiaque est de 15 % inférieure à celle d’un oiseau volant seul. Ce principe d’aérodynamique pourrait-il s’appliquer aux avions ?
Afin de le savoir, des ingénieurs ont conçu un avion expérimental équipé de systèmes électroniques sophistiqués permettant au pilote de maintenir, à 30 centimètres près, sa position par rapport à l’avion de tête, qui vole à une centaine de mètres devant lui (voir la photo). Résultat ? Une diminution de 20 % de la résistance et de 18 % de la consommation de carburant. Les chercheurs pensent que ces découvertes pourront avoir des applications civiles et militaires.
[Indications d’origine]
Avions : NASA Dryden Flight Research Center ; oiseaux : © Joyce Gross
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Dernière édition par Admin le 21/09/16, 09:46 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
MARK NCIS
MARK NCIS
MARK NCIS

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2014
Messages: 663
Localisation: Paris
Emploi: thechnicen
Date de naissance: 01/05/1957
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 20/12/15, 07:38 pm    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Comment la vie est-elle apparue sur la terre?


Un homme enquête sur cette question


TRÈS tôt, j’ai su répondre à cette question. Dieu a créé la vie. C’est ce que mes parents m’enseignaient en se servant de la Bible. En grandissant, j’observais la vie autour de moi, et elle me fascinait. J’étais profondément émerveillé par tout ce que je voyais.
À l’automne, les fleurs estivales se desséchaient, mais elles laissaient derrière elles des graines grâce auxquelles on pouvait de nouveau admirer leur déploiement de couleurs au printemps. La sève cessait de monter dans les arbres; cependant, des mois plus tard, elle permettait aux branches dénudées de s’habiller de vert. Dans les champs, les marmottes d’Amérique se mettaient en boule dans leurs terriers et s’endormaient pour l’hiver, mais elles ne manquaient pas de réapparaître avec le retour des chaudes journées ensoleillées. Le couple de merles bleus quittait le poteau métallique creux où il nichait dans notre cour pour s’envoler vers le sud; toutefois, il s’y réinstallait au printemps pour fonder une nouvelle famille. Je contemplais avec émerveillement les formations en V d’oies sauvages qui volaient vers les pays tropicaux et, fasciné, je les écoutais cacarder sans arrêt — en me demandant ce qu’elles pouvaient bien se dire.
Plus j’en apprenais sur la vie, plus je discernais en elle une finalité. Et plus je discernais cette finalité, plus j’étais convaincu que le grand Créateur dont mes parents m’avaient parlé devait forcément exister.
___________________________


Revenir en haut
MARK NCIS
MARK NCIS
MARK NCIS

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2014
Messages: 663
Localisation: Paris
Emploi: thechnicen
Date de naissance: 01/05/1957
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 20/12/15, 07:38 pm    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Nul besoin d’un Créateur?


Puis, au lycée, on m’a enseigné qu’il n’y avait pas eu besoin d’un Créateur pour que la vie apparaisse: ‘Elle est apparue toute seule. Dans l’atmosphère primitive de la terre, les substances chimiques ont été décomposées par la foudre et par les rayons ultraviolets; leurs atomes se sont recombinés pour former des molécules toujours plus complexes, et une cellule vivante s’est finalement formée. Celle-ci s’est multipliée, a subi de nombreux changements dus au hasard, et, des milliards d’années plus tard, la vie sous ses innombrables formes couvrait la terre. L’homme est sa dernière œuvre.’
Présentée ainsi, l’évolution paraissait simple, trop simple peut-être. Je me suis accroché à ma croyance en la création, mais je ne voulais pas être crédule. Je désirais être logique, garder un esprit réceptif et connaître la vérité. Je me suis donc mis à lire des ouvrages scientifiques. Cela m’a appris beaucoup de choses. Mes yeux se sont plus que jamais ouverts aux merveilles de la nature. Plus j’en apprenais, plus j’étais fasciné. Mais plus je discernais la finalité des choses, plus mon esprit se refusait à croire que des changements fortuits et le hasard aveugle aient pu créer ce que des hommes très intelligents ne parvenaient pas à copier dans leurs laboratoires — pas même la plus minuscule bactérie, encore moins les fleurs, les merles bleus ou les formations en V d’oies sauvages.
Au cours des années que j’ai passées au lycée et à l’université, j’ai étudié autant de branches de la science que j’ai pu: la chimie, la physique, la biologie et les mathématiques. Par la suite, j’ai continué à lire des livres et des articles de revues rédigés par des évolutionnistes. Ceux-ci étaient toujours aussi peu convaincants. Leurs déclarations étaient très éloquentes, trop éloquentes eu égard aux assertions gratuites qui les accompagnaient.
C’était il y a bien longtemps. Nous sommes à présent dans les années 1980. Peut-être les évolutionnistes présentent-ils maintenant davantage de preuves et moins d’assertions gratuites? Peut-être est-il temps de revoir la question? J’ai donc décidé d’examiner particulièrement un aspect du problème: comment la vie est apparue sur la terre. Après tout, si l’évolution ne peut expliquer l’apparition de la première cellule vivante, comment a-t-elle pu produire, comme on le prétend, des créatures vivantes formées de milliards de cellules, vous et moi qui en possédons cent mille milliards chacun?
Pour procéder à mes investigations, j’ai choisi des livres publiés récemment par des scientifiques de renom, tous évolutionnistes. J’ai décidé de suivre le principe que Jésus a énoncé à l’intention des chefs religieux hypocrites de son temps: “Par tes paroles tu seras déclaré juste et par tes paroles tu seras condamné.” (Matthieu 12:37). J’ai limité mes recherches aux principales étapes qui, selon les évolutionnistes, ont conduit à l’apparition de la vie: 1) une atmosphère primitive; 2) une soupe organique; 3) les protéines; 4) les nucléotides; 5) les acides nucléiques, ou ADN; et 6) une membrane cellulaire
___________________________


Revenir en haut
MARK NCIS
MARK NCIS
MARK NCIS

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2014
Messages: 663
Localisation: Paris
Emploi: thechnicen
Date de naissance: 01/05/1957
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 20/12/15, 07:39 pm    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

Des conjectures au sujet de l’atmosphère primitive de la terre




Les évolutionnistes disent qu’au départ la terre était entourée d’une atmosphère qui, lorsqu’elle a été bombardée par des éclairs, des rayons ultraviolets ou d’autres sources d’énergie, a produit les molécules simples nécessaires à la vie. En 1953, Stanley Miller a fait une expérience pour tenter de le prouver. Il a sélectionné un milieu riche en hydrogène, pour simuler l’atmosphère terrestre primitive, et il l’a fait traverser par une décharge électrique. Il a ainsi pu produire 2 acides aminés simples sur les 20 qui sont nécessaires à la formation des protéines1. Cependant, personne ne sait à quoi ressemblait la composition de l’atmosphère primitive de la terre2. Pourquoi Stanley Miller a-t-il choisi une atmosphère riche en hydrogène pour son expérience? Il a reconnu avoir opté pour celle-là parce que c’était la seule dans laquelle “se produit la synthèse des composés ayant une valeur biologique3”.
Je me suis aperçu que les expériences sont souvent orientées de telle sorte qu’elles donnent les résultats désirés. De nombreux scientifiques reconnaissent que l’expérimentateur peut ‘modifier profondément les conclusions’ et que ‘son point de vue peut l’amener à fausser l’expérience4’. L’atmosphère reconstituée par Miller a été utilisée dans la plupart des expériences postérieures, non pas parce qu’il était logique ou même probable qu’elle était semblable à l’atmosphère primitive de la terre, mais parce qu’“elle était propice aux expériences relatives à l’évolution” et que “le succès des expériences faites en laboratoire la recommande5”.
Malgré tout, les évolutionnistes ont salué la réalisation de Miller comme une grande découverte. Bien d’autres expériences ont suivi avec des sources d’énergie et des matières premières diverses. En ayant recours à des manipulations et en faisant fi des conditions propres à un environnement naturel, les scientifiques ont obtenu d’autres substances organiques, des éléments utiles à la vie, lors d’expériences étroitement surveillées en laboratoire. Ils ont fait une montagne de la taupinière de Miller. Alors est née l’idée d’une soupe organique contenant les matériaux du vivant, matériaux qui se seraient accumulés dans l’océan. Est-ce bien ce qui s’est passé?
___________________________


Revenir en haut
MARK NCIS
MARK NCIS
MARK NCIS

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2014
Messages: 663
Localisation: Paris
Emploi: thechnicen
Date de naissance: 01/05/1957
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 20/12/15, 07:40 pm    Sujet du message: CREATION Répondre en citant

a taupinière de Miller étant bien fragile, la montagne s’est écroulée. Stanley Miller s’est servi d’une décharge électrique pour provoquer dans son atmosphère la dislocation d’éléments chimiques simples qui a abouti à la formation d’acides aminés. Mais cette décharge électrique risquait de décomposer ces acides aminés plus rapidement encore qu’elle ne les avait formés! Il a donc truqué une fois de plus son expérience: il a installé sur son appareil une trappe destinée à recevoir les acides aussitôt après leur formation, afin de les protéger de la décharge électrique. Néanmoins, les scientifiques prétendent que dans l’atmosphère terrestre primitive les acides aminés ont dû échapper aux éclairs ou aux rayons ultraviolets en se précipitant dans l’océan. Les évolutionnistes, c’est évident, cherchent à sauver la soupe organique.
Mais leurs efforts sont vains, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, les acides aminés ne sont pas stables dans l’eau et, d’autre part, il ne devait y en avoir qu’une quantité négligeable dans les océans primitifs. Si la soupe organique avait existé, certains de ses composés auraient été emprisonnés dans les roches sédimentaires. Mais malgré 20 années de recherches, “les plus anciennes roches n’ont pas fourni la preuve de l’existence d’une soupe prébiotique [précédant l’existence des organismes vivants]”. Pourtant, “l’existence d’une soupe prébiotique est indispensable”. Par conséquent, “ce fut (...) un rude coup pour les scientifiques de se rendre compte qu’il n’existe aucune preuve de son existence6”.
___________________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:01 pm    Sujet du message: CREATION

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PHOTOSQUIPARLENT Index du Forum -> DIVERS SUJETS SUR LA TERRE -> SCIENCE A.D.N.TERRE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Denim Jeans by Mojy, © 2005 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com