PHOTOSQUIPARLENT :: FORUM EN SOUCHTINE EN PHOTOS

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 




ADN

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PHOTOSQUIPARLENT Index du Forum -> DIVERS SUJETS SUR LA TERRE -> SCIENCE A.D.N.TERRE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Montrer les messages depuis:   
Auteur Message
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:11 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

ADN “ superflu ” ?
DE NOMBREUX chercheurs abordent l’étude de la biologie, de la génétique et d’autres champs d’investigation apparentés avec la théorie de l’évolution en tête. Une telle approche les a souvent conduits à des conclusions erronées. C’est ainsi que les darwinistes de la première heure avaient classé entre autres choses l’appendice, l’hypophyse et les amygdales parmi les organes rudimentaires. Ils considéraient ces organes comme des reliques de l’évolution, parce qu’ils semblaient ne plus remplir aucune fonction. Toutefois, avec le temps, on a découvert le rôle essentiel qu’ils jouaient, et les évolutionnistes ont dû réviser leur point de vue.
Récemment, une situation semblable s’est produite dans le domaine de la génétique. Des recherches antérieures laissaient à penser qu’environ 98 % de l’ADN des humains et d’autres organismes n’avait aucune fonction. Influencés par la théorie de l’évolution, beaucoup ont donc supposé que cet ADN était un “ déchet de l’évolution ”, point de vue qui a rapidement fait école.
Mais cette fois encore, une hypothèse puisée dans le darwinisme s’est révélée erronée. Des chercheurs ont découvert dernièrement que cet ADN dit “ inepte ”, ou “ superflu ”, joue en fait un rôle capital : il produit des formes particulières d’ARN (acide ribonucléique) essentielles à la vie. John Mattick, directeur de l’Institut des biosciences moléculaires de l’Université du Queensland, en Australie, juge que l’accueil favorable accordé un peu trop hâtivement à la théorie de l’ADN “ superflu ” est “ un exemple de plus d’opinion qui a fait loi et qui a entravé l’analyse objective des faits, en l’occurrence pendant un quart de siècle ”. Il ajoute que cette erreur “ pourrait bien se révéler une des plus grossières de l’histoire de la biologie moléculaire ”.
___________________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19/08/15, 06:11 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:13 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

L’ADN et les manuscrits de la mer Morte
On a commencé à déchiffrer les manuscrits de la mer Morte peu après leur découverte dans le désert de Judée en 1947. À ce jour, environ 15 manuscrits ont été traduits. Il y a encore les quelque 10 000 fragments minuscules appartenant à des centaines d’autres manuscrits. Reconstituer un texte à partir de fragments est difficile. Les bords sont trop abîmés pour qu’on puisse les assembler à la manière d’un puzzle, et puisque chaque fragment ne contient que quelques caractères, ils ne peuvent être rapprochés les uns des autres grâce au sens des mots. Toutefois, l’International Herald Tribune annonce que la science vient à la rescousse. De quelle façon ? Les textes ont été écrits sur des peaux de bête ; il est donc possible, grâce à l’ADN, d’identifier l’espèce, la population et l’individu dont provient chaque fragment. Les spécialistes espèrent que cela en facilitera le classement et le rapprochement.

***


L’ADN : UN “ LANGAGE ”
  Les unités fondamentales, ou “ lettres ”, du langage qu’est l’ADN sont des composants chimiques appelés bases. Il existe quatre types de bases, désignées par les lettres A, T, G et C (pour adénine, thymine, guanine et cytosine). “ Imaginez ces quatre bases comme les lettres d’un alphabet qui n’aurait que quatre lettres, dit la revue National Geographic. De même que nous formons avec les lettres de notre alphabet des mots signifiants, les A, les T, les G et les C qui composent nos gènes forment des ‘ mots ’ de trois lettres compris par la machinerie de la cellule. ” Ces mots forment à leur tour des phrases qui disent à la cellule comment fabriquer telle ou telle protéine. L’ordre dans lequel les lettres sont disposées détermine si cette protéine sera une enzyme de la digestion, un anticorps (les anticorps combattent les infections) ou n’importe laquelle des milliers d’autres protéines présentes dans le corps humain. On comprend dès lors pourquoi le livre La Cellule parle de l’ADN comme de “ la planification fondamentale de la vie ”.
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:15 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Ces dernières années, la recherche scientifique a beaucoup travaillé sur le génome humain. En comparant le patrimoine génétique de populations du monde entier, les chercheurs ont apporté la preuve incontestable que tous les humains ont un ancêtre commun, que l’ADN de tous les individus actuellement vivants ou ayant jamais existé provient d’une même source. En 1988, ces travaux ont fait l’objet d’un article de Newsweek intitulé “ À la recherche d’Adam et Ève ”. Ils avaient été réalisés sur un matériel génétique transmis exclusivement par les femmes, un ADN mitochondrial. En 1995, d’autres recherches menées sur l’ADN masculin ont permis d’arriver à la même conclusion, à savoir, pour reprendre les termes de la revue Time, qu’“ il y a eu un ‘ Adam ’ ancestral dont le matériel génétique localisé sur le chromosome [Y] est commun à celui de tout homme actuellement vivant sur la terre ”. Que ces découvertes soient ou non exactes dans leurs moindres détails, elles montrent que le récit de la Genèse, inspiré par Quelqu’un qui l’a vécu, est crédible au plus haut point.

***
Au IVe siècle avant notre ère, Aristote émit l’hypothèse que les caractères se transmettaient par le sang. Cette idée resta l’opinion dominante pendant plus d’un millénaire et eut une telle influence qu’elle passa dans le langage courant ; aujourd’hui encore, elle transparaît dans des expressions comme “ les liens du sang ” ou “ la voix du sang ”.
Au XVIIe siècle, on découvrit l’existence des ovules et des spermatozoïdes. Cependant, on ne comprenait pas encore leur rôle. Certains croyaient que de petits êtres complètement formés s’y trouvaient. Puis, au XVIIIe siècle, on comprit qu’un ovule et un spermatozoïde s’unissaient pour former un embryon. Toutefois, on ne disposait pas encore d’une description satisfaisante des mécanismes de l’hérédité.
Ce n’est qu’en 1866 qu’un moine autrichien nommé Gregor Mendel publia la première théorie exacte sur l’hérédité. En faisant des expériences sur des pois, Mendel parvint à la conclusion qu’il existait dans les cellules sexuelles des “ éléments héréditaires discrets ”, et il affirma que ces facteurs héréditaires étaient responsables de la transmission des caractères. Ce sont ces “ éléments héréditaires discrets ” que l’on appelle aujourd’hui les gènes.
Vers 1910, il apparut que les gènes étaient situés sur des parties de la cellule appelées chromosomes. Les chromosomes sont constitués principalement de protéines et d’acide désoxyribonucléique (ADN). En raison du rôle important joué par les protéines dans d’autres fonctions de la cellule, les spécialistes crurent pendant de nombreuses années que l’information génétique était véhiculée par les protéines des chromosomes. Puis, en 1944, des chercheurs démontrèrent que les gènes étaient en réalité des fragments d’ADN.
En 1953, James Watson et Francis Crick élucidèrent la structure chimique de l’ADN, dont les molécules ont la forme d’une échelle vrillée. Cette découverte constitua un grand pas en avant dans la compréhension du mystère de la vie.
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:17 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Le rêve d’une société parfaite
IL SERAIT merveilleux de connaître un monde meilleur, dans lequel personne ne souffrirait ni ne serait malade ou infirme ; une société planétaire sans criminalité ni conflits ; une famille humaine libérée de la mort.
Mais, pour cela, il faudrait que les humains eux-mêmes changent profondément. L’idée d’améliorer le genre humain n’est pas nouvelle. Il y a 2 300 ans, le philosophe Platon écrivait : “ Il faut rendre les rapports très fréquents entre les hommes et les femmes d’élite, et très rares, au contraire, entre les sujets inférieurs de l’un et de l’autre sexe. ” Toutefois, ce n’est que beaucoup plus tard que l’on a assisté aux premières véritables tentatives visant à améliorer l’humanité. L’eugénisme était né.
Le mot “ eugénisme ” fut forgé en 1883 par Sir Francis Galton, scientifique britannique et cousin de Charles Darwin ; il est constitué de deux mots grecs qui signifient “ bon(ne) ” et “ naissance ”. Galton savait que l’on pouvait obtenir par croisement des variétés de fleurs et d’animaux présentant certaines caractéristiques souhaitées. N’était-il pas possible d’améliorer l’humanité par des méthodes similaires ? Galton le pensait. Il tenait le raisonnement suivant : si une partie de l’argent et des efforts consacrés au croisement des chevaux et des bovins était investie dans “ l’amélioration du genre humain ”, on obtiendrait “ une foule de génies ”.
Influencé par les écrits de Darwin, Galton estimait que l’homme devait commencer à prendre en main sa propre évolution. Dans les premières décennies du XXe siècle, ses idées comptèrent de nombreux partisans parmi les hommes politiques, les scientifiques et les intellectuels européens et américains. Quelqu’un écrivit : “ La société n’a pas à permettre aux dégénérés de se reproduire. [...] Si des agriculteurs toléraient que leurs meilleures bêtes ne se reproduisent plus et laissaient les plus mauvaises assurer l’accroissement du troupeau, on les jugerait bons pour l’asile. [...] Un jour, nous comprendrons que le premier devoir d’un bon citoyen sain est de laisser son sang derrière lui dans le monde et que nous n’avons pas à perpétuer des citoyens nocifs. ” C’était Théodore Roosevelt, le 26e président des États-Unis !
En Grande-Bretagne et aux États-Unis, les lois de l’hérédité furent expliquées au public lors de foires et d’expositions. Souvent, on pouvait voir un panneau auquel étaient fixés des cochons d’Inde empaillés disposés de manière à montrer comment la couleur de la fourrure se transmettait d’une génération à l’autre. La leçon à en tirer était clairement indiquée par les textes joints. Un exemple : “ Les caractéristiques indésirables des êtres humains, telles que le crétinisme, l’épilepsie, la criminalité, la folie, l’alcoolisme, l’indigence et bien d’autres se transmettent exactement comme la couleur des cochons d’Inde. ” Un autre panneau très explicite posait la question suivante : “ Combien de temps encore veillerons-nous attentivement au pedigree de nos porcs, de nos poulets et de nos bovins, tout en laissant au hasard l’ascendance de nos enfants ? ”
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:18 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

L’eugénisme à l’œuvre
Ces idées n’étaient pas de simples spéculations intellectuelles. En Amérique du Nord et en Europe, plusieurs dizaines de milliers d’“ indésirables ” furent stérilisés. Bien entendu, le choix des caractéristiques et des personnes “ indésirables ” dépendait dans une large mesure des opinions de ceux qui avaient décidé ces mesures. Dans l’État du Missouri, aux États-Unis, un projet de loi prévoyait la stérilisation des personnes “ condamnées pour meurtre, viol, banditisme, vol de poulets, attentat à la bombe et vol de voitures ”. Dans sa volonté insensée de créer une race de seigneurs en une génération, l’Allemagne nazie alla encore plus loin. Non seulement 225 000 personnes furent stérilisées de force, mais des millions de Juifs, de Tsiganes, de handicapés et d’autres “ indésirables ” furent exterminés au nom de l’eugénisme.
Les actes de barbarie commis durant la période nazie ternirent l’image de l’eugénisme. Beaucoup espéraient qu’il était à jamais enterré avec les millions de personnes assassinées en son nom. Dans les années 70, cependant, on commença à parler de progrès réalisés dans une jeune discipline : la biologie moléculaire. Certains craignaient que ces progrès ne remettent au goût du jour les idées qui avaient séduit l’Europe et l’Amérique du Nord au début du siècle. En 1977, lors d’un forum sur l’ADN recombinant, organisé par l’Académie américaine des sciences, un biologiste renommé déclara : “ Cette recherche constitue un pas de plus vers la manipulation génétique de l’être humain. À ce stade, on se demandera comment engendrer des enfants aux caractéristiques idéales. [...] La dernière fois qu’on a voulu s’y essayer, les enfants idéaux avaient les cheveux blonds, les yeux bleus et des gènes aryens. ”
Aujourd’hui, beaucoup jugeraient risible un tel rapprochement entre les progrès du génie génétique et le programme eugénique d’Hitler. Il y a 60 ans, l’objectif que certains revendiquaient avec haine était la pureté raciale. À l’heure actuelle, il s’agit plutôt d’améliorer la santé et la qualité de la vie. Le vieil eugénisme était enraciné dans la politique et alimenté par le fanatisme. Les progrès récents de la génétique sont encouragés par des intérêts commerciaux et par la recherche d’une meilleure santé. Toutefois, si les différences sont importantes, l’objectif — modifier l’être humain en fonction de nos préjugés — ressemble beaucoup à celui du vieil eugénisme.
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:18 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Transformer la société par la science
Au moment où vous lisez ces mots, de puissants ordinateurs travaillent au décryptage du génome humain (l’ensemble des instructions contenues dans nos gènes, qui dirigent notre croissance et déterminent dans une large mesure ce que nous sommes). Ces ordinateurs cataloguent de manière systématique les dizaines de milliers de gènes contenus dans l’ADN humain (voir l’encadré “ Le décryptage de l’ADN ”). Les spécialistes prévoient que ces données, une fois collectées, seront pendant longtemps une source d’information fondamentale pour la biologie humaine et la médecine. On espère que lorsque les secrets du génome humain seront déchiffrés il deviendra possible de réparer ou de remplacer des gènes défectueux.
Les médecins escomptent que les progrès de la génétique rendront possible la mise au point d’une nouvelle génération de médicaments, à la fois puissants et sûrs. Les nouvelles techniques pourraient également permettre à votre médecin d’examiner votre profil génétique afin de déterminer à l’avance quel médicament sera le plus efficace pour vous.
Certains voient aussi dans le génie génétique un moyen de résoudre les problèmes sociaux. Entre la Seconde Guerre mondiale et le début des années 90, de nombreux intellectuels pensaient que l’on pouvait résorber ces problèmes en réformant le système économique et les institutions, et en améliorant le cadre de vie. Mais, ces dernières années, les problèmes sociaux se sont aggravés. Beaucoup en viennent à penser que la solution de ces problèmes se situe au plan génétique. L’opinion selon laquelle les gènes influent davantage sur les comportements individuels et collectifs que l’environnement gagne du terrain.
Certains chercheurs pensent même que la manipulation de l’ADN permettra d’éliminer la mort. Déjà, des scientifiques sont parvenus à doubler la durée de vie de drosophiles et de vers en utilisant des techniques qui, selon eux, pourraient être un jour appliquées à l’être humain. Le directeur d’une entreprise d’ingénierie génétique (Human Genome Sciences Inc.) a déclaré : “ C’est la première fois que l’immortalité humaine devient concevable. ”
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:19 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Des bébés à la carte ?
Les annonces enthousiastes relatives aux progrès déjà accomplis et à venir risquent de nous faire oublier les limites actuelles des nouvelles technologies et les problèmes qu’elles soulèvent. Le diagnostic prénatal est aujourd’hui une pratique courante. La méthode la plus répandue a été mise au point dans les années 60. Le médecin introduit une aiguille dans le ventre de la femme enceinte et prélève un échantillon du liquide amniotique (le liquide dans lequel baigne le fœtus). Ensuite, on effectue des analyses pour déterminer si le fœtus est atteint d’une maladie génétique (il en existe plusieurs dizaines, parmi lesquelles la trisomie 21 et le spina bifida). Le diagnostic est généralement réalisé après la 16e semaine de grossesse. Un procédé plus récent permet de connaître certains détails de la constitution génétique de l’embryon entre la 6e et la 10e semaine.
Ces méthodes de diagnostic permettent aux médecins de déceler un grand nombre d’anomalies. Toutefois, seules 15 % de ces dernières peuvent être corrigées. Lorsque des analyses révèlent un problème génétique ou donnent des résultats ambigus, de nombreux parents sont placés devant un dilemme angoissant : faut-il ou non interrompre la grossesse ? On lit dans le Courrier de l’UNESCO : “ En dépit de la prolifération des tests — tous brevetés et lucratifs —, la génétique n’a pas réussi à ce jour à tenir ses promesses en matière de thérapie génique. Les médecins sont toujours confrontés à des maladies qu’ils ne savent pas soigner. Souvent, ils présentent l’avortement comme un traitement. ”
Bien sûr, les médecins espèrent que plus les biotechnologies progresseront, plus ils disposeront de moyens efficaces pour détecter et corriger les anomalies génétiques responsables de ces diverses maladies. Ils espèrent également pouvoir un jour transférer des chromosomes artificiels dans les embryons humains, afin de les prémunir contre des affections telles que la maladie de Parkinson, le sida, le diabète, le cancer du sein ou le cancer de la prostate. Les enfants naîtraient ainsi avec un système immunitaire renforcé. On pourrait aussi voir apparaître des médicaments destinés à “ améliorer ” l’embryon en modifiant ses gènes de manière à stimuler, par exemple, l’intelligence ou la mémoire.
Même si les scientifiques les plus optimistes estiment que le jour où les parents choisiront leurs enfants sur catalogue est encore loin, la perspective de pouvoir “ tailler sur mesure ” l’enfant de ses rêves en séduit plus d’un. Certains pensent qu’il serait irresponsable de ne pas utiliser les moyens existants pour éliminer les maladies génétiques. Après tout, se disent-ils, s’il n’y a rien de mal à envoyer son enfant dans les meilleures écoles et chez les meilleurs médecins, pourquoi ne pas essayer d’avoir le meilleur bébé possible ?
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:20 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Des inquiétudes
D’autres, cependant, expriment de vives inquiétudes. On lit par exemple dans un ouvrage sur les biotechnologies (The Biotech Century) : “ Si l’on prévient le diabète, la drépanocytose et le cancer en modifiant la constitution génétique des individus, pourquoi ne pas aussi éliminer des ‘ anomalies ’ moins graves : la myopie, le daltonisme, la dyslexie, l’obésité ou la sénestralité ? Et, dans ce cas, qu’est-ce qui empêchera une société de décréter que telle couleur de peau constitue une anomalie ? ”
L’information génétique va être très recherchée par les compagnies d’assurances. Que se passera-t-il lorsqu’un diagnostic prénatal révélera un problème potentiel ? Les assureurs feront-ils pression sur la mère pour qu’elle avorte ? Si elle passe outre, pourront-ils refuser de l’assurer ?
Les sociétés chimiques, pharmaceutiques et biotechnologiques rivalisent de vitesse pour breveter les gènes, les organismes et les techniques permettant de les modifier. La motivation est bien entendu financière : il s’agit de retirer le plus de profit possible de la technologie de l’avenir. De nombreux bioéthiciens craignent que ce phénomène n’engendre un “ eugénisme commercial ” et que les parents ne soient poussés à choisir des enfants “ génétiquement agréés ”. On imagine sans peine le rôle que la publicité pourrait jouer dans un tel contexte.
De plus, il est peu probable que les nouvelles technologies deviennent largement accessibles dans les pays pauvres. De nombreuses parties du monde ne disposent déjà pas de services de santé rudimentaires. Même dans les pays très développés, les thérapies géniques pourraient n’être à la portée que des plus riches.
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:21 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Dans l’Allemagne nazie, après la stérilisation forcée de 225 000 personnes, des millions d’autres “ indésirables ” furent exterminés au nom de l’eugénisme.

Les médecins escomptent que les progrès de la génétique rendront possible la mise au point d’une nouvelle génération de médicaments, à la fois puissants et sûrs.

Depuis Dolly, on a cloné plusieurs dizaines d’animaux à partir de cellules adultes. Est-il possible d’employer la même technique pour cloner des êtres humains adultes ?

Cloner les êtres humains 
?
  En 1997, une brebis nommée Dolly fit la une des journaux du monde entier. Qu’avait-elle de particulier ? Elle était le premier mammifère jamais créé par clonage à partir d’une cellule adulte. Cette dernière ayant été prélevée sur l’une des glandes mammaires d’une brebis, Dolly était la “ jumelle ” en plus jeune de la brebis en question. Les chercheurs savaient depuis plusieurs décennies cloner des animaux à partir de cellules d’embryons, mais peu d’entre eux croyaient possible d’obtenir un clone en reprogrammant une cellule prélevée sur un mammifère adulte. Lorsque le clonage est réalisé à partir d’une cellule adulte, il est possible de savoir à l’avance à quoi ressemblera le clone.
  Les recherches qui ont abouti à la naissance de Dolly visaient à transformer des animaux d’élevage pour qu’ils sécrètent des protéines pharmaceutiques dans leur lait. Le succès de l’expérience fut annoncé en février 1997 dans la revue scientifique Nature, sous le titre “ Une progéniture viable dérivée de cellules fœtales et adultes de mammifères ”. Les médias s’emparèrent aussitôt de la nouvelle et de ses implications. Quinze jours plus tard, Dolly faisait la couverture de Time, avec cette question : “ Y aura-t-il un autre vous ? ” La même semaine, Newsweek publiait un dossier intitulé “ Peut-on cloner les êtres humains ? ”
  Depuis Dolly, on a cloné plusieurs dizaines d’animaux à partir de cellules adultes. Est-il possible d’employer la même technique pour cloner des êtres humains adultes ? Certains biologistes affirment que oui. L’a-t-on fait ? Pas encore. Ian Wilmut, le chercheur britannique responsable des travaux de l’équipe qui a créé Dolly, souligne que le clonage est encore “ un procédé très inefficace ” : le taux de mortalité des fœtus est dix fois plus élevé que dans la reproduction normale.
  Mais que se passerait-il si quelqu’un parvenait à améliorer le procédé et à produire, par exemple, une série d’Hitler ? Cherchant à dissiper les craintes de ce genre, Ian Wilmut fait observer qu’un clone, bien que génétiquement identique à son modèle, serait influencé par son environnement et développerait une personnalité distincte, comme le font les jumeaux naturels.
___________________________


Revenir en haut
WIKY56
Membre
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2015
Messages: 393
Localisation: Paris
Emploi: Info
Date de naissance: 01/11/1970
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 19/08/15, 06:22 pm    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Le décryptage de l’ADN
  Le corps humain est constitué de 100 milliards de cellules dont la plupart possèdent un noyau. Chaque noyau contient 46 paquets appelés chromosomes. Dans chaque chromosome se trouve une molécule d’ADN condensée ayant la forme d’une échelle vrillée. Une molécule d’ADN contient environ 100 000 gènes, disposés un peu comme des villes le long d’une route. Nos gènes commandent notre développement fœtal, notre sexe, nos particularités physiques et notre croissance. Certains spécialistes pensent même que l’ADN contient une “ horloge ” qui déterminerait notre durée de vie.
  L’ADN des êtres humains est très proche de celui des animaux. Celui d’un chimpanzé, par exemple, ne diffère du nôtre que de 1 %. Entre deux êtres humains, l’écart est encore dix fois moindre. C’est pourtant de ces différences infimes que résultent les nombreuses particularités qui font de chacun de nous un être unique.
  Il y a un peu moins de dix ans, des chercheurs se sont attelés à une tâche immense : déterminer l’ordre précis des unités chimiques qui composent l’ADN humain. Ce programme très ambitieux, baptisé Human Genome Project (HGP), devrait coûter plusieurs milliards de dollars. Les données collectées occuperont un volume équivalant à 200 annuaires téléphoniques de 1 000 pages. Une personne mettrait 26 ans, à raison de 24 heures par jour, pour les lire entièrement !
  Mais ce que les médias oublient souvent de préciser, c’est que, une fois ces données réunies, il faudra encore les interpréter. Leur analyse nécessitera des outils nouveaux. Identifier les gènes est une chose ; comprendre leur fonction et la manière dont ils interagissent pour bâtir un être humain en est une autre. Un biologiste renommé a présenté le HGP comme “ le Saint Graal de la génétique ”. Le généticien Eric Lander en donne quant à lui une définition plus terre à terre : “ C’est une nomenclature, dit-il. Si je vous donnais la liste des pièces du Boeing 777 (admettons qu’il y en ait 100 000), je ne pense pas que vous sauriez en construire un, et vous ne comprendriez certainement pas comment il vole. ”

[Schéma]
(Voir la publication)
CELLULE
NOYAU
CHROMOSOMES
ADN
PAIRE DE BASES
___________________________


Revenir en haut
STIVEN1
stiven1
stiven1

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2015
Messages: 522
Localisation: Paris
Emploi: Privé
Date de naissance: 05/02/1970
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 08/04/16, 03:38 am    Sujet du message: ADN Répondre en citant

Surprised Surprised Surprised
___________________________


Revenir en haut
STIVEN1
stiven1
stiven1

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2015
Messages: 522
Localisation: Paris
Emploi: Privé
Date de naissance: 05/02/1970
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 08/04/16, 03:39 am    Sujet du message: ADN Répondre en citant

UNE PAROI PROTECTRICE
Pour visiter une cellule procaryote, vous devriez rapetisser jusqu’à devenir cent fois plus petit que le point qui termine cette phrase. Une membrane flexible résistante, 10 000 fois plus fine qu’une feuille de papier, vous défend d’y accéder, comme un mur de briques entourant une usine. Mais la membrane d’une cellule est bien plus sophistiquée qu’un mur de briques. Sous quels rapports ?
De même que le mur d’enceinte d’une usine, la membrane d’une cellule protège son contenu d’un environnement potentiellement hostile. Toutefois, cette membrane n’est pas hermétique ; elle permet à la cellule de laisser circuler de petites molécules, notamment l’oxygène. Par contre, elle empêche les molécules nocives, plus complexes, d’entrer sans la permission de la cellule. Elle empêche aussi les molécules utiles à la cellule de sortir. Comment réussit-elle ces tours de force ?
Reprenons l’exemple d’une usine. Aux portes du mur d’enceinte, des agents de sécurité contrôlent parfois l’entrée et la sortie des produits. De façon similaire, des molécules protéiques spéciales fixées sur la membrane de la cellule font office de portes et de gardes.
Il est des protéines (1) qui ont une ouverture en leur milieu par laquelle elles ne laissent passer que certains types de molécules. Il en est d’autres (2) qui sont ouvertes d’un côté de la membrane et fermées de l’autre. Elles ont un quai d’embarquement (3) adapté à la forme d’une substance spécifique. Lorsque cette substance y prend place, l’autre côté de la protéine s’ouvre (4) pour la laisser traverser la membrane. Toute cette activité se déploie à la surface de chaque cellule, même de la plus simple.
___________________________


Revenir en haut
STIVEN1
stiven1
stiven1

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2015
Messages: 522
Localisation: Paris
Emploi: Privé
Date de naissance: 05/02/1970
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 08/04/16, 03:40 am    Sujet du message: ADN Répondre en citant

À L’INTÉRIEUR
Imaginez : on vous autorise à passer le “ point de contrôle ” et vous êtes maintenant dans la cellule. L’intérieur d’une cellule procaryote est rempli d’une solution aqueuse riche notamment en nutriments et en sels minéraux. La cellule se sert de ces ingrédients de base pour fabriquer ce dont elle a besoin, mais pas de manière désordonnée. À l’image d’une usine dirigée efficacement, la cellule gère des milliers de réactions chimiques qui ont lieu selon un ordre et un minutage précis.
Une cellule consacre beaucoup de temps à fabriquer des protéines. Comment s’y prend-elle ? Au cours de la visite, vous verrez d’abord une cellule préparer une vingtaine de composés de base appelés acides aminés. Ces composés sont apportés aux ribosomes (5), qui sont comparables à des automates assemblant les acides aminés dans un ordre précis pour former une protéine spécifique. Tout comme le fonctionnement d’une usine peut être régi par un programme informatique central, de nombreuses fonctions d’une cellule sont régies par un “ programme informatique ”, ou code, appelé ADN (6). L’ADN envoie aux ribosomes des instructions détaillées leur indiquant quelle protéine fabriquer et comment (7).
Ce qui se passe alors est des plus étonnant ! Chaque protéine se replie en une forme tridimensionnelle unique (8). C’est cette forme qui détermine la spécialité de chaque protéine. Représentez-vous une chaîne de production sur laquelle des parties de moteur sont assemblées. Pour que le moteur fonctionne, chacune de ses parties doit être fabriquée avec précision. Pareillement, à moins d’être fabriquée avec précision et d’avoir exactement la forme qui convient, une protéine ne pourra pas effectuer correctement sa tâche et risquera même d’endommager la cellule.
Comment la protéine trouve-t-elle son chemin entre l’endroit où elle a été fabriquée et celui où on a besoin d’elle ? Elle est équipée d’une “ étiquette intégrée ” garantissant sa livraison à la bonne adresse. Bien que, chaque minute, des milliers de protéines soient fabriquées et livrées, toutes arrivent à destination.
Pourquoi ces faits sont-ils importants ? Les molécules complexes des organismes vivants les plus simples ne peuvent se répliquer seules. À l’extérieur de la cellule, elles se désagrègent. À l’intérieur, elles ne se répliquent qu’à l’aide d’autres molécules complexes. Par exemple, des enzymes sont indispensables pour produire une molécule énergétique appelée adénosine triphosphate (ATP), mais l’énergie de l’ATP est indispensable pour produire les enzymes. De même, la fabrication des enzymes nécessite de l’ADN (dont parle la partie 3), mais la fabrication de l’ADN nécessite des enzymes. Par ailleurs, d’autres protéines peuvent être fabriquées uniquement par une cellule, mais une cellule ne peut être fabriquée sans protéines.
Le microbiologiste Radu Popa n’accepte pas le récit biblique de la création. Pourtant, en 2004, il a demandé : “ Comment la nature peut-elle produire la vie alors que nous avons échoué dans des conditions expérimentales contrôlées13 ? ” Il a également déclaré : “ La complexité des mécanismes requis pour qu’une cellule vivante fonctionne est si grande qu’une émergence simultanée et fortuite paraît impossible14. ”
Qu’en pensez-vous ? La théorie de l’évolution essaie d’expliquer l’origine de la vie sur Terre en écartant la nécessité d’une intervention divine. Cependant, plus les scientifiques en découvrent sur la vie, moins il semble qu’elle ait pu apparaître par hasard. Pour échapper à ce casse-tête, des évolutionnistes aimeraient faire un distinguo entre la théorie de l’évolution et la question de l’origine de la vie. Trouvez-vous cela logique ?
La théorie de l’évolution repose sur l’idée selon laquelle une longue série d’heureux hasards a produit la première forme de vie. Elle postule ensuite qu’une autre série d’événements fortuits a produit la diversité et la complexité stupéfiantes du vivant. Toutefois, si le fondement de la théorie fait défaut, que deviennent les théories bâties dessus ? Tout comme un gratte-ciel sans fondations s’effondrerait, une théorie de l’évolution ne pouvant expliquer l’origine de la vie ne tient pas debout.
Après avoir brièvement examiné la structure et le fonctionnement d’une cellule “ simple ”, que discernez-vous ? Des preuves d’une succession d’événements fortuits ou d’une conception très intelligente ? Si vous n’êtes pas encore sûr, penchez-vous sur le “ programme principal ” qui définit les fonctions de toutes les cellules.
___________________________


Revenir en haut
STIVEN1
stiven1
stiven1

Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2015
Messages: 522
Localisation: Paris
Emploi: Privé
Date de naissance: 05/02/1970
Sexe: Masculin

MessagePosté le: 08/04/16, 03:43 am    Sujet du message: ADN Répondre en citant

[Notes]
Aucune expérience n’a prouvé que c’est possible.
Les enzymes sont une des sortes de protéines fabriquées par les cellules. Chaque enzyme se replie en une forme spéciale pour accélérer une réaction chimique particulière. Des centaines d’enzymes coopèrent à la régulation des activités de la cellule.
Certaines cellules du corps humain contiennent dix milliards de molécules protéiques11 de plusieurs centaines de milliers de sortes12.


À QUELLE VITESSE UNE CELLULE SE RÉPLIQUE-T-ELLE ?
Certaines bactéries se répliquent en 20 minutes. Chaque cellule duplique entièrement le “ programme informatique ” qui la régit, puis se divise. Avec un apport illimité de matière, une cellule pourrait se multiplier de façon exponentielle : il lui faudrait seulement deux jours pour produire un amas de cellules d’un poids supérieur à 2 500 fois celui de la Terre15. Les cellules plus complexes peuvent aussi se répliquer rapidement. Par exemple, lorsque vous vous développiez dans le ventre de votre mère, vos cellules cérébrales se formaient au rythme ahurissant de 250 000 à la minute16 !
Pour accélérer la production, un fabricant doit souvent sacrifier la qualité. Si elles sont le produit d’événements fortuits, comment est-il possible que les cellules se répliquent si vite et si précisément ?


FAITS ET QUESTIONS
▪ Fait : Les molécules extraordinairement complexes d’une cellule — ADN, ARN et protéines — semblent conçues pour collaborer.
Question : Qu’est-ce qui vous semble le plus probable : que les automates très élaborés représentés à la page 10 proviennent d’une évolution aveugle ou d’une intelligence ?
▪ Fait : Des scientifiques respectés affirment que même une cellule “ simple ” est bien trop complexe pour être apparue sur Terre par hasard.
Question : Si certains scientifiques sont prêts à avancer l’hypothèse que la vie a dû venir d’une source extraterrestre, sur quelle base peut-on écarter l’idée que Dieu soit cette Source ?
[Diagramme, page 10]


Les “ agents de sécurité ” ne laissent passer à travers la membrane que des substances spécifiques.
[Diagramme, pages 10, 11]


La cellule :
Une “ usine ” qui fabrique des protéines
Comme une usine automatisée, la cellule est pleine d’automates qui assemblent et livrent des produits complexes.
[Illustrations, pages 8, 9]
Les plus de 200 sortes de cellules de notre organisme ont-elles pu se former par hasard ?
Cellule cérébrale
Cellules oculaires
Cellule osseuse
Cellules musculaires
Globules rouges


Une cellule, même “ simple ”, peut-elle naître d’éléments chimiques inertes ?


Si ce gratte-ciel doit s’écrouler en raison de la fragilité de ses fondations, la théorie de l’évolution ne doit-elle pas s’écrouler en raison de son manque d’explications sur l’origine de la vie ?
___________________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:12 am    Sujet du message: ADN

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PHOTOSQUIPARLENT Index du Forum -> DIVERS SUJETS SUR LA TERRE -> SCIENCE A.D.N.TERRE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Denim Jeans by Mojy, © 2005 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com