PHOTOSQUIPARLENT :: FORUM EN SOUCHTINE EN PHOTOS

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 




Pourquoi la coopération...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PHOTOSQUIPARLENT Index du Forum -> DIVERS SUJETS SUR LA TERRE -> TERRE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Montrer les messages depuis:   
Auteur Message
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:32 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

Pourquoi la coopération est indispensable
“ Aucun organisme ne se suffit à lui-même ; tous sont en relation avec d’autres organismes, directement ou indirectement. ” — “ La symbiose : introduction aux associations biologiques ” (angl.).
LA “ TOILE de la vie ”. Cette expression décrit avec justesse le monde vivant, car il est constitué d’un ensemble d’organismes interconnectés et interdépendants. Les humains font partie intégrante de cette “ toile ”. Pour vous en convaincre, il vous suffit de considérer un instant votre corps. Dans votre tube digestif, une armée de bactéries alliées travaillent sans bruit pour vous maintenir en bonne santé : elles détruisent les envahisseurs nuisibles et contribuent à la digestion et à la synthèse des vitamines, indispensables à votre organisme. En retour, vous leur fournissez de la nourriture et un milieu favorable.
Des alliances similaires existent dans le règne animal, notamment chez les ruminants, comme les bovins, les cerfs ou les moutons. Leur panse, premier compartiment de leur estomac complexe, abrite un véritable écosystème de bactéries, champignons et protozoaires. Par la fermentation, ces micro-organismes décomposent la cellulose (un hydrate de carbone de nature fibreuse présent dans les végétaux) en divers nutriments. Des bactéries interviennent même dans la digestion de certains insectes consommateurs de cellulose, comme les blattes, les lépismes (poissons d’argent), les termites, les guêpes et certains coléoptères.
Cette coopération étroite entre organismes dissemblables a pour nom symbiose, qui signifie littéralement “ vivre ensemble ”. “ De telles alliances sont essentielles au développement de tous les êtres vivants ”, écrit Tom Wakeford dans son livre Les liaisons de la vie. Penchons-nous quelques instants sur le sol, berceau d’un grand nombre d’êtres vivants.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 21/09/16, 10:32 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:34 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

! En effet, un sol fertile est bien plus que de la poussière sans vie. C’est un milieu complexe, adapté à la croissance, et peuplé d’organismes. Un seul kilo de terre peut contenir bien plus de 500 milliards de bactéries, un milliard de champignons et jusqu’à 500 millions de créatures multicellulaires, depuis les insectes jusqu’aux vers. Parmi ces organismes, beaucoup coopèrent pour décomposer des matières organiques (feuilles mortes, excréments d’animaux, etc.) et en extraire l’azote, qu’ils convertissent sous une forme assimilable par les végétaux. Ils transforment aussi le carbone en dioxyde de carbone et en d’autres composés dont ont besoin les végétaux pour la photosynthèse.
Les légumineuses, comme la luzerne, le trèfle, les pois ou le soja, ont une affinité particulière envers des bactéries à qui elles permettent d’“ infester ” leur système racinaire. Mais au lieu de nuire à la plante, les bactéries stimulent la formation de petits nodules sur les racines, dans lesquels elles élisent domicile, et atteignent jusqu’à 40 fois leur taille initiale, devenant ainsi des bactéroïdes. Leur travail consiste à “ fixer ” l’azote, autrement dit à le rendre assimilable par la plante. En retour, celle-ci fournit de la nourriture aux bactéries.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:35 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

Pollinisation en équipe
Quand une abeille se pose sur une fleur, une relation symbiotique se crée. L’abeille récolte du nectar et du pollen, tandis que la fleur reçoit un peu du pollen d’autres fleurs de son espèce. Cette alliance permet aux plantes à fleurs de se reproduire. Une fois pollinisées, les fleurs cessent de produire de la nourriture. Comment les insectes savent-ils que le “ garde-manger ” est à présent vide ? Les fleurs le leur “ disent ” de plusieurs façons. Elles perdent leur parfum ou leurs pétales, changent d’orientation ou de couleur (elles deviennent parfois plus ternes). Ces modifications qui nous déçoivent tant témoignent en fait d’une grande “ courtoisie ” envers les infatigables abeilles, qui peuvent concentrer leurs efforts sur les plantes dont le garde-manger est encore plein.
Dans certaines régions, le nombre des pollinisateurs, et surtout celui des abeilles, a considérablement baissé au cours de ces dernières années. Ce phénomène est très préoccupant, car la survie de presque 70 % des plantes à fleurs dépend d’eux. Qui plus est, 30 % de nos aliments viennent de végétaux pollinisés par les abeilles.
Des fourmis jardinières et fermières
Certaines fourmis aussi vivent en symbiose avec des plantes. En contrepartie du gîte et du couvert, elles pollinisent leur hôte, dispersent ses graines, lui procurent des substances nutritives ou le protègent contre toutes sortes d’animaux herbivores. Les fourmis d’une certaine espèce, qui élisent domicile dans les épines creuses de l’acacia, patrouillent même autour de l’arbre et détruisent les plantes grimpantes qui pourraient le menacer. L’acacia les remercie pour ce désherbage de qualité en leur offrant des portions de nectar sucré.
D’autres espèces de fourmis préfèrent l’élevage au jardinage. Leur “ bétail ” est constitué de pucerons qui sécrètent un miellat sucré quand elles les caressent avec leurs antennes. Le livre Symbiose (angl.) déclare au sujet de ces pucerons : “ Les fourmis prennent soin de ces insectes comme s’il s’agissait de bovins. Elles les traient et les protègent des prédateurs. ” À la manière d’un fermier qui rentre ses vaches dans l’étable pour la nuit, les fourmis mettent souvent les pucerons à l’abri dans la fourmilière le soir et les ramènent au “ pâturage ” le matin, généralement sur des feuilles tendres, plus nourrissantes. Et ce ne sont pas que quelques pucerons ! Dans un seul nid, les fourmis élèvent parfois des “ troupeaux ” de plusieurs milliers d’individus !
Les fourmis soignent aussi certains papillons quand ils sont à l’état de chenilles. L’argus bleu, par exemple, entretient une relation symbiotique avec les fourmis rouges. Il ne pourrait pas atteindre le stade adulte sans leur aide. Tant qu’il est chenille, il récompense ses hôtes par des excrétions sucrées. Une fois sorti de sa chrysalide, il quitte la fourmilière sans qu’il lui soit fait de mal.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:36 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

Ententes à risque
Si vous étiez un oiseau, apporteriez-vous un serpent vivant dans votre nid ? “ Jamais de la vie ! ” direz-vous. Pourtant, c’est exactement ce que fait un rapace du nom de petit duc maculé. Le serpent qu’il adopte [Leptotyphlops dulcis] appartient à la famille des serpents aveugles. Loin de s’en prendre à la nichée, le serpent mange les fourmis, les mouches et d’autres insectes, ainsi que leurs larves. D’après un article du New Scientist, les oisillons élevés avec un serpent au foyer “ grandissent plus vite et ont plus de chances de survivre ” que ceux élevés en l’absence de cet “ éboueur ” rampant.
Un autre oiseau, l’œdicnème vermiculé, s’associe à un animal encore plus redoutable ; il bâtit son nid près de celui du crocodile du Nil, un reptile pourtant friand de gibier à plumes ! Toutefois, notre volatile ne finit pas dans l’estomac du reptile ; il lui sert de sentinelle. Dès qu’un danger approche de son nid ou de celui du crocodile, l’œdicnème pousse des cris d’alerte qui ramèneront en toute hâte le crocodile vers sa couvée.
Nettoyages en tout genre
Avez-vous déjà vu des oiseaux comme le héron garde-bœuf ou le pique-bœuf perchés sur le dos d’une antilope, d’une vache, d’une girafe ou d’un buffle, et occupés à picorer leur pelage ? Loin d’importuner leurs hôtes, ces oiseaux leur rendent un grand service en mangeant les puces, les tiques et autres parasites dont les animaux ne peuvent se débarrasser eux-mêmes. Ils mangent également les tissus infectés et les asticots. De plus, en cas de danger, les pique-bœufs donnent l’alarme en sifflant.
Étant amphibie, l’hippopotame se fait toiletter à la fois par des “ amis ” à plumes et par des “ amis ” à nageoires. Dans l’eau, c’est un poisson de la famille des carpes, appelé labéo, qui ôte presque tout ce qui dépasse de son cuir : algues, peaux mortes et parasites. Il astique même ses dents et ses gencives. D’autres espèces de poissons lui prêtent main-forte. Certains nettoient les plaies ; d’autres glissent leur museau allongé entre les orteils ou atteignent d’autres endroits difficiles d’accès, et récurent la peau.
Les poissons ont eux aussi besoin d’être débarrassés des parasites indésirables qu’ils attirent (crustacés, bactéries externes, champignons et puces), ainsi que de leurs tissus abîmés ou malades. À cette fin, les poissons marins ont l’habitude de se rendre à leur “ station de lavage ”. Là, des gobies aux couleurs éclatantes, des girelles et des crevettes nettoyeuses s’occupent diligemment de leurs clients et bénéficient en échange d’un bon repas. Certains gros poissons mobilisent toute une équipe d’agents nettoyeurs à leur service !
Les clients signalent de diverses manières leur désir d’être astiqués. Certains adoptent une posture inhabituelle : ils flottent à la verticale, la tête en bas. D’autres ouvrent grand leurs ouïes et leur bouche, comme pour dire : “ Entrez, je ne vous mordrai pas. ” Les nettoyeurs acceptent de bon cœur, même si le client est un redoutable prédateur, comme une murène ou un requin. Pendant leur toilette, des clients changent de couleur, peut-être pour que leurs parasites soient plus visibles. Dans un aquarium dépourvu de poissons nettoyeurs, les autres poissons “ sont rapidement infestés de parasites et tombent malades, explique le livre Associations animales (angl.). Mais dès qu’un poisson nettoyeur est introduit, il se met au travail. Tous les autres poissons font la queue pour bénéficier de ses services, comme s’ils comprenaient ce qui se passe ”.
Plus nous en apprenons sur le monde vivant, plus nous nous émerveillons devant l’harmonie et l’interdépendance qui y règnent. Tel un musicien dans un orchestre, chaque organisme joue son rôle afin que la symphonie de la vie — la vie animale comme la vie humaine — soit possible et agréable. Voilà qui témoigne à n’en pas douter de l’existence d’un projet intelligent et d’un Concepteur Suprême !
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:39 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

L’élément perturbateur
Malheureusement, les humains font souvent preuve d’un manque de coopération avec la nature. Contrairement aux animaux, principalement mus par l’instinct, l’homme agit sous l’influence de facteurs très divers : l’amour ou d’autres qualités encore, ou bien la haine, l’avidité et l’égoïsme.
Étant donné que nos contemporains semblent de plus en plus motivés par ce dernier travers, beaucoup s’inquiètent pour l’avenir de la planète Mais ils oublient de tenir compte du Créateur. L’accomplissement du dessein de Dieu à l’égard de la Terre rétablira l’équilibre dans la nature et instaurera une harmonie sans précédent parmi toutes ses créatures, y compris parmi les humains.
.[Note]
On distingue trois catégories de symbiose : le mutualisme, quand les deux organismes retirent des bénéfices ; le commensalisme, quand l’un profite sans nuire à l’autre ; et le parasitisme, quand l’un vit aux dépens de l’autre. L’article expose des exemples de mutualisme.
**Un organisme mixte
Ces croûtes grises ou vertes que vous voyez souvent sur la roche ou sur les troncs d’arbre sont sans doute des lichens. D’après certaines sources, il en existerait jusqu’à 20 000 espèces ! Bien qu’ayant l’apparence d’organismes uniques, ils sont en réalité l’alliance d’un champignon et d’une algue.
Pourquoi l’algue et le champignon s’unissent-ils ? Le champignon ne peut pas produire sa propre nourriture. Aussi, grâce à ses filaments microscopiques, il emprisonne l’algue et absorbe les sucres qu’elle fabrique par photosynthèse et qui exsudent de sa membrane. L’algue, en retour, reçoit de son hôte humidité et protection contre les excès de soleil.
Un scientifique a qualifié avec humour les lichens de “ champignons ayant découvert l’agriculture ”. Et ils excellent dans ce domaine ! En effet, le livre Les liaisons de la vie explique que les lichens “ couvrent dix fois plus de surface terrestre que les forêts tropicales ”. On les trouve de l’Arctique à l’Antarctique, et même sur le dos de certains insectes !
**
Le corail, une merveille de symbiose
Le corail est une forme de vie mixte unissant le polype et l’algue. Les algues se nichent dans le moindre espace libre à l’intérieur des cellules du polype. Ce sont elles qui donnent au corail sa couleur éclatante. Le poids des algues dépassant souvent celui du polype (il est parfois trois fois plus élevé), le corail est plus un végétal qu’un animal ! La principale fonction des algues est de photosynthétiser des composés organiques ; elles en donneront 98 % à leur hôte en guise de “ loyer ”. Le polype a besoin de ces substances nutritives non seulement pour survivre, mais aussi pour construire son squelette calcaire.
Quant aux algues, elles profitent de cette alliance de deux façons au moins. Premièrement, elles se nourrissent des déchets du polype : dioxyde de carbone, substances azotées et phosphates. Deuxièmement, elles sont protégées par le squelette. Les algues ayant besoin de la lumière, les récifs de corail ne prospèrent que dans les eaux claires et bien ensoleillées.
Sous l’effet d’un facteur de stress, comme une hausse de la température de l’eau, les polypes expulsent leurs algues. De ce fait, le corail blanchit et peut finir par mourir de faim. Ces dernières années, les scientifiques ont constaté une augmentation alarmante du blanchissement des coraux dans le monde.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:40 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

Une leçon de coopération
Deux avions à réaction traversent le ciel en formation serrée, à la façon des oiseaux. Il ne s’agit pas d’un vol de routine, mais d’une expérience basée sur des découvertes récentes. En étudiant le vol en formation des pélicans, des chercheurs ont en effet constaté que, grâce aux oiseaux de tête, la portance des oiseaux suiveurs s’améliore, de sorte que leur fréquence cardiaque est de 15 % inférieure à celle d’un oiseau volant seul. Ce principe d’aérodynamique pourrait-il s’appliquer aux avions ?
Afin de le savoir, des ingénieurs ont conçu un avion expérimental équipé de systèmes électroniques sophistiqués permettant au pilote de maintenir, à 30 centimètres près, sa position par rapport à l’avion de tête, qui vole à une centaine de mètres devant lui (voir la photo). Résultat ? Une diminution de 20 % de la résistance et de 18 % de la consommation de carburant. Les chercheurs pensent que ces découvertes pourront avoir des applications civiles et militaires.


Avions : NASA Dryden Flight Research Center ; oiseaux : © Joyce Gross
[Illustrations, page 5]
Dans sa panse, la vache abrite un véritable écosystème de bactéries, de champignons et de protozoaires (agrandissement).
[Indication d’origine]
Agrandissement : Melvin Yokoyama et Mario Cobos, Michigan State University

Les abeilles permettent aux plantes à fleurs de se reproduire.

Une vache et son héron garde-bœuf.

Un poisson-papillon accompagné d’un petit poisson nettoyeur.

Une crevette nettoyeuse rayée sur une anémone de mer.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:41 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

Le déclin des ressources
“ Dans la nature, tout est interdépendant, et nous devons maintenant répondre de nos erreurs passées. ” — African Wildlife.
CERTAINS l’appellent “ l’empreinte écologique ”. Elle compare la consommation des ressources naturelles par l’homme avec la capacité de la Terre à les renouveler. Selon le WWF, l’empreinte écologique mondiale révèle un déficit depuis les années 80. Mais ce n’est pas le seul indice des contraintes exercées sur l’environnement !
L’état des écosystèmes est un autre indicateur. Le mot “ écosystème ” désigne l’interaction complexe entre une communauté d’espèces vivantes et son environnement naturel. La santé générale des écosystèmes, mesurée par l’abondance des espèces vivant dans les forêts, dans l’eau douce et dans les mers, s’exprime par ce que le WWF appelle l’Indice “ Planète Vivante ”. Cet indice a chuté de 37 % entre 1970 et 2000.
**
Où en sont nos réserves ?
Si vous vivez dans un pays occidental où les rayons des supermarchés débordent et où il est possible de faire vos courses à toute heure du jour et de la nuit, il vous est peut-être difficile d’imaginer qu’une pénurie de ressources naturelles vous menace. Toutefois, seule une minorité d’humains vivent dans une telle abondance. Quant aux autres, ils luttent chaque jour pour survivre. Par exemple, plus de deux milliards de personnes, estime-t-on, vivent avec trois dollars par jour ou moins. Elles seraient également deux milliards à ne pas avoir accès à l’électricité.
On accuse parfois les pratiques commerciales des pays riches d’être à l’origine de la pauvreté des pays en voie de développement. “ De bien des façons, lit-on dans la revue Vital Signs 2003, l’économie mondiale dessert les intérêts des pauvres. ” Alors que l’on se dispute comme jamais auparavant les parts de plus en plus petites et de plus en plus coûteuses du “ gâteau ” écologique, les habitants des pays pauvres n’ont pas les moyens de se battre pour obtenir la portion qui leur est due. La plupart des ressources naturelles reviennent donc aux riches, qui peuvent se les offrir.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:42 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

La destruction des forêts
En Afrique, 80 % de la population utiliserait du bois pour cuisiner. De plus, ce continent “ connaît le taux de croissance de population et le taux d’urbanisation les plus élevés du monde ”, déclare la revue sud-africaine Getaway. De ce fait, la zone entourant certaines grandes villes du Sahel (une large bande de terres semi-arides bordant le sud du Sahara) a été déboisée sur plus de 100 kilomètres à la ronde. Les arbres ne sont pas abattus par caprice. ‘ Une écrasante majorité d’Africains détruisent leur propre environnement dans le seul but de survivre ’, explique le professeur Samuel Nana-Sinkam.
La situation est tout autre en Amérique du Sud. Au Brésil, par exemple, quelque 7 600 entreprises forestières agréées travaillent dans la forêt tropicale. La plupart appartiennent à des conglomérats internationaux prospères. Un acajou rapporte environ 25 euros à une société d’abattage. Mais quand importateurs, revendeurs et fabricants auront prélevé leur part de profit, le même arbre transformé en meuble aura atteint une valeur de 110 000 euros. On comprend aisément que l’acajou soit appelé l’or vert !
La destruction de la forêt tropicale brésilienne a fait couler beaucoup d’encre. Les images satellites permettent de voir que plus de 20 000 kilomètres carrés par an ont été défrichés entre 1995 et 2000. “ Autrement dit, toutes les huit secondes, une superficie de forêt de la taille d’un terrain de football disparaît ”, s’alarme le magazine brésilien Veja. On signale qu’en 2000 les États-Unis ont à eux seuls importé plus de 70 % des acajous brésiliens.
Le scénario est le même ailleurs dans le monde. Au Mexique, la moitié des jungles et des forêts ont disparu au cours des 50 dernières années. Aux Philippines, les pertes sont encore plus élevées. Chaque année, quelque 100 000 hectares sont déboisés. En 1999, on a calculé qu’à ce rythme le pays aurait englouti les deux tiers de ses forêts en dix ans.
Il faut parfois entre 60 et 100 ans pour qu’un feuillu atteigne sa pleine maturité, mais quelques minutes suffisent pour l’abattre. Devrait-on s’étonner que nos forêts ne puissent se renouveler ?
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:42 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

La disparition du sol
Une fois défriché, le sol se dessèche rapidement et il est emporté par le vent ou par l’eau de pluie. On appelle ce processus l’érosion.
L’érosion est un phénomène naturel et généralement sans conséquence, à moins que l’homme ne l’accélère par une mauvaise gestion du sol. Par exemple, la revue China Today indique que les tempêtes de sable, conjuguées à la déforestation et au surpâturage, “ ont accéléré l’expansion ” des déserts. En raison de la sécheresse inhabituelle de ces dernières années, les vents sibériens ont arraché aux provinces de l’ouest et du nord-ouest de la Chine des millions de tonnes de sable et de poussière jaunes, dont une partie a été emportée jusqu’en Corée et au Japon. Environ 25 % des terres de Chine sont aujourd’hui désertiques.
En Afrique, le sol disparaît de la même façon. “ En déboisant pour planter des céréales, constate Africa Geographic, les paysans ont irrémédiablement fragilisé la fine couche de sol. ” On estime qu’une fois débroussaillée, une parcelle perd 50 % de sa fertilité en moins de trois ans. C’est pourquoi la revue ajoute : “ Des millions d’hectares sont déjà irrécupérables et des millions d’autres sont promis au même sort, comme en témoigne la baisse, année après année, des rendements agricoles dans certaines régions. ”
Au Brésil, l’érosion emporterait chaque année 500 millions de tonnes de terre arable. Au Mexique, selon le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles, la dégradation du sol touche 53 % de la brousse, 59 % de la jungle et 72 % des forêts. Au total, conclut un rapport du Programme des Nations unies pour le développement, “ ce sont peut-être les deux tiers des terres cultivées dans le monde qui sont concernées par la dégradation des sols. En conséquence, alors que le nombre des bouches à nourrir ne cesse d’augmenter, la productivité agricole décroît rapidement ”.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:42 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

L’eau, une denrée inestimable
Un homme peut vivre environ un mois sans manger, mais il ne survivra pas plus d’une semaine sans boire. Voilà pourquoi des spécialistes soutiennent que la réduction des réserves d’eau douce engendrera un nombre croissant de conflits dans les années à venir. D’après un rapport publié en 2002 dans la revue Time, plus de un milliard de personnes dans le monde ont du mal à se procurer de l’eau potable.
De nombreuses raisons expliquent le problème de l’eau. En France, c’est la pollution qui est en cause. Elle est de plus en plus préoccupante. “ Les rivières françaises sont en très mauvaise santé ”, révèle Le Figaro. D’après les scientifiques, l’eau est contaminée par les nitrates contenus dans les engrais agricoles. “ Les fleuves français ont rejeté 375 000 tonnes de nitrates dans l’Atlantique en 1999, soit près de deux fois plus qu’en 1985 ”, ajoute le journal.
Au Japon, la situation est identique. Afin d’assurer au pays une production stable de nourriture, “ les agriculteurs n’ont eu d’autre choix que de recourir aux engrais chimiques et aux pesticides afin de satisfaire la demande ”, explique Yutaka Une, responsable d’une association de lutte contre la pollution agricole. Il en est résulté, selon les termes de l’IHT Asahi Shimbun de Tokyo, “ un problème grave au Japon ” : la contamination des eaux souterraines.
Au Mexique, 35 % des maladies “ sont imputables à la dégradation de l’environnement ”, signale le journal Reforma. Qui plus est, d’après une enquête du ministre de la Santé, “ 1 habitant sur 4 ne dispose pas d’égout ; plus de huit millions trouvent leur eau dans des puits, des rivières, des lacs ou des torrents ; plus de un million d’autres l’obtiennent auprès de camions citernes ”. Dès lors, qui sera surpris d’apprendre que 90 % des cas de diarrhée sont attribués à l’eau contaminée ?
“ On ne trouve pas que du soleil, du sable blanc et de l’eau claire sur les plages de Rio, fait observer le magazine Veja. On y croise aussi des colibacilles d’origine fécale et des flaques de pétrole. ” La raison en est que plus de 50 % des égouts brésiliens se déversent directement dans les cours d’eau, les lacs et l’océan sans subir d’épuration. Il en résulte des pénuries chroniques d’eau potable. Les cours d’eau qui entourent São Paulo, la plus grande ville du Brésil, sont tellement pollués qu’il faut faire venir de l’eau depuis une distance de 100 kilomètres.
De l’autre côté du globe, en Australie, la pénurie d’eau est principalement due à un phénomène appelé salinisation. Pendant des dizaines d’années, on a encouragé les propriétaires terriens à défricher leurs terres pour les cultiver. Comme moins d’arbres et d’arbustes puisaient de l’eau dans les nappes phréatiques, le niveau de celles-ci s’est élevé, amenant plus près de la surface des milliers de tonnes de sel. “ La salinité frappe déjà quelque 2,5 millions d’hectares, constate le CSIRO, un institut de recherche. Ces terres agricoles comptent parmi les plus productives du pays. ”
De l’avis de certains, ce désastre aurait pu être évité si le législateur australien n’avait pas privilégié le profit au détriment de l’intérêt public. “ Dès 1917, on a informé les autorités que les régions où se cultivait le blé étaient particulièrement sujettes à la salinité, rappelle Hugo Bekle, de l’université Edith Cowan, à Perth. Dans les années 20, on a rendu publics les dangers du défrichage et, dans les années 30, le ministère de l’Agriculture a reconnu ses effets sur l’élévation des nappes phréatiques. En 1950, le CSIRO a réalisé une étude approfondie pour le gouvernement [australien]. [...] Pourtant, les autorités n’ont pas tenu compte de ces cris d’alarme, accusant les scientifiques de parti pris. ”
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Admin
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 4 146
Localisation: PARIS
Emploi: yes
Date de naissance: 04/10/1959
Sexe: Féminin

MessagePosté le: 21/09/16, 10:44 pm    Sujet du message: Pourquoi la coopération... Répondre en citant

Notre survie est menacée
Il ne fait pas de doute que l’homme a souvent agi dans de bonnes intentions. Mais la plupart du temps, nous ne pouvons pas évaluer avec précision les conséquences de nos actions, car nous ne connaissons pas suffisamment l’environnement. Les résultats dans ce domaine ont été catastrophiques. “ Nous avons tellement bouleversé l’équilibre naturel que nous avons fini par empoisonner le sol qui nous nourrit et par compromettre ainsi notre survie ”, s’inquiète Tim Flannery, directeur du South Australian Museum.
Quelle est la solution ?
L’humanité apprendra-t-elle un jour à vivre en harmonie avec la nature ?
Sauvera-t-on la planète Terre ?
[Note]
Par exemple, on a estimé à 20 % le déficit de 1999. Cela signifie que l’ensemble des ressources naturelles consommées par l’humanité au cours de cette période de 12 mois met plus de 14 mois à se renouveler.

Chaque goutte compte
Quelques mesures élémentaires pour économiser des litres d’eau :
● Réparez les robinets qui fuient.
● Ne traînez pas sous la douche.
● Fermez le robinet pendant que vous vous rasez ou que vous vous brossez les dents.
● Ne lavez pas votre serviette de toilette après chaque usage.
● Ne faites pas tourner votre machine à laver à moitié pleine. (Il en va de même pour le lave-vaisselle.)

Qui épargne gagne
● En Australie, le continent le plus sec du monde, “ les rigoles d’irrigation ” restent paradoxalement, pour plus de 90 % de l’eau, la principale méthode d’arrosage des cultures, signale le Canberra Times. Cette technique était déjà utilisée “ à l’époque où les pharaons construisaient des pyramides ”.
● La consommation annuelle moyenne d’eau par être humain est de 550 000 litres. (Ce chiffre tient compte de l’eau utilisée pour l’agriculture et l’industrie.) Cependant, elle s’élève à presque 1,6 million de litres pour les Nord-Américains. Le record est détenu par une ancienne république soviétique, avec 5,3 millions de litres.
● D’après Africa Geographic, “ le Sud-Africain consomme en moyenne 4 hectares globaux par an, alors que seuls 2,4 hectares globaux par personne et par an sont disponibles dans son pays ”.
___________________________
""L'UNE DES PLUS GRANDES DOULEURS D'AIMER UNE PERSONNES QUE TU NE PEUX PAS AVOIR""


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:31 am    Sujet du message: Pourquoi la coopération...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PHOTOSQUIPARLENT Index du Forum -> DIVERS SUJETS SUR LA TERRE -> TERRE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Denim Jeans by Mojy, © 2005 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com